À l’évidence, le peuple sénégalais est en avance sur la classe politique qui brigue ses suffrages.

Dans le contexte de cette période pré-électorale, la formule la plus récurrente dans le langage du sénégalais d’aujourd’hui est incontestablement celle qui se décline dans les termes «ma carte, ma voix» ou encore, « sama carte, sama doolé»

Cela signifie en clair que le sénégalais, adossé à une «tradition électorale» plusieurs fois séculière, et instruit par une non moins longue expérience de la pratique de l’isoloir et des urnes, est suffisamment mature pour opérer, en toute conscience, et en toute responsabilité, le choix des hommes auxquels il va confier ses destinées. Ce sénégalais, lucide, qui sait exactement ce qu’il veut, et surtout ce qu’il ne veut plus, ce sénégalais donc, n’est plus cette «pâte molle», malléable, que les politiciens manipulaient à leur guise.

Ce sénégalais est exigeant. Ce qu’il attend des candidats qui aspirent à le gouverner, c’est une offre programmatique bien élaborée, bien articulée, réaliste, réalisable, et porteuse de mieux être pour l’ensemble de la Nation. On ne le prendra pas avec des «miroirs aux alouettes». Soucieux du devenir de son pays, ce sénégalais-là n’est pas à vendre. Son vote ne sera donc pas orienté par ce que nous appelons communément «achat de conscience».

Ce n’est donc pas ce sénégalais qu’on voit dans les meetings, hurler avec les loups. Ce n’est ce sénégalais-là qui va s’aligner inconditionnellement derrière un leader, pour exécuter aveuglément ses mots d’ordre, même si ces directives vont à l’encontre du bon sens ou de l’intérêt de la Nation. Non! Lui, il a opéré un choix lucide, responsable et bien réfléchi, et qu’il assume. Il n’a pas besoin de manifester.

Ce n’est pas non plus ce sénégalais qui peuple les réseaux sociaux où, c’est à qui débitera la diatribe la plus violente, le plus incendiaire, pour ne pas dire la plus injurieusement agressive pour faire taire ses adversaires.

Assurément, ce sénégalais (et ils sont nombreux, les sénégalais de ce type) est en avance sur ceux qui aspirent à le gouverner. Là où des politiciens, uniquement soucieux d’accéder au pouvoir, peuvent commanditer la «guérilla» la plus dévastatrice pour arriver à leurs fins, lui, il sait que la violence est toujours préjudiciable à l’intégrité des «biens publics», des infrastructures érigées pour le progrès commun. Il sait que cette violence laisse toujours des séquelles difficilement résorbables, du point de vue de la construction nationale.

La conclusion est claire : les hommes politiques qui tiennent des propos injurieux ou qui appellent à la violence ne sont pas intelligents. Aucun citoyen conscient ne saurait leur accorder considération ou respect. Pire, ils ne réussissent qu’à braquer l’opinion contre eux et sont donc rejetés par le peuple. Les politiciens de type sont plus dangereux pour leurs partenaires que les adversaires qui les combattent, car le peuple finit par vomir le camp qu’ils défendent

En définitive, que voulez-vous que ce sénégalais puisse penser de ces hommes politiques, bêtes au point d’appeler à la violence, ou y recourent, pour arriver à leurs fins?

Baye Mansour Diop