ABDOULAYE DIOUF SARR : “Ne dormons pas sur nos lauriers…”

Ce vendredi 10 avril, le nombre de cas guéris du coronavirus dépassait celui des patients encore sous traitement au Sénégal. Pas de quoi emballer le ministre de la Santé et de l’Action sociale. Pour Abdoulaye Diouf Sarr, qui s’est entrenu avec Liberation quotidien ce samedi, la victoire sera acquise lorsque notre pays comptera zéro cas positif au coronavirus.

Libération : Monsieur le ministre, ce vendredi, le nombre de cas guéris (135) du coronavirus dépassait celui des patients encore sous traitement (125). Peut-on dire que la courbe est renversée ?

Abdoulaye Diouf Sarr : Ce n’est pas ce que je pense, à mon niveau, bien que ces résultats soient très importants. La seule courbe qui nous préoccupe est celle du nombre de cas positifs. Il ne faut pas qu’on dorme sur nos lauriers. Notre objectif est l’éradication totale du virus car cette courbe que vous évoquez, en mettant en parallèle le nombre de cas guéris et ceux sous traitement, peut être l’arbre qui cache la forêt. Néanmoins, nous notons, après plusieurs observations, que le traitement à base de chloroquine fonctionne. C’est indéniable.

Monsieur le ministre, les «cas contacts» commencent aussi à poser problème avec ce qu’on a vu, par exemple, à Louga et Goudiry…

Bien sûr ! Mais par définition, un cas contact est connu, identifié et donc suivi avant même l’apparition des symptômes. Notre vrai problème, ce sont les cas issus de la transmission communautaire parce que ces derniers ne sont pas tracés. Ces cas ont une capacité de nuisance énorme à la différence des cas contacts qui sont maîtrisés.

Justement, certains spécialistes prônent le confinement de Dakar avec la floraison, ces derniers jours, des cas communautaires…

Ce sont des points de vue. L’urgence, à notre niveau, c’est que les mesures édictées soient respectées dans toutes les localités. L’exemple de Touba est là. Nous avions 26 cas positifs et, aujourd’hui, ce foyer est presque éteint parce que les populations ont respecté froidement les mesures prônées. Touba doit servir d’exemple à tout le monde. Ce qui s’est passé à Thiès aussi mérite d’être souligné. Il est regrettable de constater que certains jeunes continuent de fréquenter les plages à Dakar. Or, ce combat, contre le virus, est avant tout, celui de la jeunesse. Je lance un appel à la jeunesse de mon pays pour faire face à cet ennemi commun. Chaque jeune doit ériger dans son quartier une brigade de prévention, de sensibilisation et de respect des mesures édictées. Chaque jeune a le devoir de protéger sa localité. Il n’y pas de secret : le seul moyen de gagner cette guerre est de respecter scrupuleusement l’ensemble des recommandations du ministère de la Santé et du corps médical. Cela ne sert absolument à rien si les structures médicales, que je félicite encore au passage, guérissent des patients et que des cas continuent d’être détecté au jour le jour. La seule victoire c’est quand le Sénégal comptera zéro cas positif et nous pouvons y arriver mais ensemble. Le Sénégal est en guerre contre un dangereux ennemi et c’est en unifiant nos efforts, chacun en ce qui le concerne, qu’on peut le neutraliser définitivement.