AFFAIRE LGBT OXFAM: MISE AU POINT

« Qui veut noyer son chien l’accuse de rage » dit l’adage.
Pas, de bol parce que vous êtes mal tombés ; au sens propre comme figuré. D’abord à travers votre communiqué, il est clair pour un élève de Primaire, que la fin de vos propos est teintée d’émotions. La syntaxe, le style, tout porte à croire que vous balbutiez. Vous sentiriez-vous morveux ou coupable d’avoir porté atteinte aux valeurs du pays hôte? Ou serait-ce parce que vous venez de vous attaquer à l’homme qui a su prêcher la bonne parole de l’Engagement Citoyen auprès de bien des jeunes au Sénégal ?
Masha Allah – Il est apprécié, adulé même, et vous osez nous faire croire que son engagement est conflictuel avec l’agenda d’OXFAM Sénégal ?

Nous y reviendrons.

Pour l’heure laissez-moi vous démontrer à quel point votre communiqué est aussi contradictoire que votre argumentaire n’est précaire.
Je précise que je ne me serais pas aventurée à faire un plaidoyer, si vous n’aviez pas publié un communiqué public que je trouve dénoué de tout sens.

M. Kane aurait, en connaissance de cause, violé les articles 1 et 3 du code de conduite du personnel de l’organisation qu’il a signé lors de son recrutement. J’ai lu, relu et fait relire les articles 1 & 3, et aucun des faits que vous lui reprochez dans le cadre de son licenciement abusif, n’a été établi. Tout simplement parce qu’à aucun moment, il ne s’est emparé du nom d’OXFAM pour faire son plaidoyer. M. Kane a fait ce qu’il a jugé être juste en vertu de l’article 1 de votre fameux code de conduite « je prêterai également attention aux coutumes et à la culture locale, même si les normes et valeurs du contexte culturel diffèrent de celles qui sont énoncées dans le code de conduite ». Que du bon sens ! Passons à l’article 3, il ne s’agit en l’espèce ici, ni de corruption, ni de candidature politique, et encore moins de malversations financières. Donc en vertu de quoi au juste, aurait-il enfreint ce fameux article 3 pour que vous le licenciiez pour faute lourde ?

Arrêtons-nous un instant.

FAUTE LOURDE : « La faute lourde désigne quant à elle une intention de nuire à l’employeur et à l’entreprise. L’employeur doit alors apporter la preuve de cette intention de nuire. Le salarié peut alors être licencié sans indemnité de licenciement, sans indemnité compensatrice de préavis ni indemnité compensatrice de congés payés. »
Mes trois modestes années de droit et mon bon sens, me font donc penser que vous OXFAM Senegal, jugez qu’en s’impliquant dans le débat sur la gestion du pétrole au Sénégal (son pays), de manière visible et au nom de son organisation Legs Africa (Heureusement que ce n’est pas en votre nom), M. Kane aurait eu l’intention de vous nuire ? Comment au juste a-t-il pu vous nuire s’il n’a pas agi en votre nom ? Aurait-il dû agir en votre nom peut être ?

D’ailleurs, laissez-moi vous lister quelques des raisons qualifiables pour une faute lourde :
• Dégradation volontaire d’un outil de l’entreprise ;
• Divulgation d’informations secrètes ;
• Détournement de clientèle au profit d’un concurrent ;
• Séquestration d’un membre du personnel de l’entreprise ;
• Envoi d’un courrier de diffamation à l’unique client de l’entreprise ;
• Actes de sabotage ;
• Introduction volontaire d’un virus dans le système informatique ;
• Violence physique et menace de mort envers l’employeur.

Et je vous assure que j’ai beau chercher la corrélation, mais je ne trouve pas en quoi le fait de militer dans une association sans consulter son organisation, aurait des effets suspensifs et immédiats en rapport avec les 8 cas de figures cités plus haut.

Laissez-moi par contre vous donner ma théorie.

Je pense qu’un certain Vendredi 28 Juin à 10h00, vous avez reçu un email musclé, en réponse à un email envoyé à toute l’organisation sous l’intitulé « LGBTIAQ+ Pride: Time to stand by people across the globe » à tous les employés d’OXFAM Sénégal. M. Kane outré de recevoir ce mail, qui plus est un Vendredi, n’a pu s’empêcher de vous exposer le fond de sa pensée, et c’est pour cela en vérité que vous avez voulu étouffer l’affaire.

Ce mail vous avez eu la maladresse de l’envoyer à tout le monde, il a répondu à tout le monde !
La voilà donc la raison pour laquelle vous avez bloqué ses accès, quitte à bafouer ses droits : Au nom de Quoi ? Soi-disant au nom de son engagement dans la bonne gouvernance des ressources naturelles de son pays ?
Récapitulons donc : Pour une faute lourde, vous auriez pris le temps de l’avertir « à maintes reprises » avant de décider du jour de sa réponse musclée pour vous séparer de lui ?

OXFAM Senegal, se moque de qui au juste ?
N’aurait-il pas été plus honnête de mettre à nu, les vraies raisons de cette chasse aux sorcières ? Merci d’ailleurs de nous avoir donné la réponse en filigrane à travers votre communiqué. A l’Etat du Sénégal et aux représentants de la société civile telles que JAMRA, OXFAM Sénégal ose nous dire ceci dans le blanc des yeux :

« PAR AILLEURS, L’ORGANISATION OXFAM ESTIME QUE LE RESPECTET LA PROTECTION DES DROITS ET DES PERSONNES, qu’ils soient LGBTI ou non, N’EST PAS FORCEMENT EN CONFLIT AVEC LES CROYANCES INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES, QU’ELLES SOIENT RELIGIEUSES OU CULTURELLES…
Ah Vraiment ?

Je terminerais mes propos en rappelant que Mme Winnie Byanyima, Directrice Générale d’Oxfam International que je sais très engagée disait ceci lors de sa nomination: « Nous devons saisir toutes les occasions d’aider les populations pauvres à faire valoir leurs droits et à s’affranchir de l’injustice de la pauvreté et de la faim. J’ai la conviction que le monde a plus que jamais besoin d’une société civile forte. ».

Chers Sénégalais, nous devons saisir l’occasion d’aider M. Elimane Haby Kane, à faire valoir ses droits et à s’affranchir de l’injustice, parce qu’il est l’un des piliers –et non des moindres – de la société civile forte sénégalaise ! J’ai confiance en l’Inspection du Travail et en la Justice de ce Pays.

A bon entendeur …