AIDA DIALLO SERA-T-ELLE LA PREMIÈRE FEMME IMAM DU SÉNÉGAL ?

=====

Ceux qui me demandent de faire preuve de « mandouté » (réserve) concernant cette affaire Aida Diallo ne semblent pas comprendre que cette dame est devenue le moyen par lequel certains lobbies veulent introduire au Sénégal le débat sur l’imamat des femmes. Ils semblent oublier qu’au moment où on parle une femme – Madame BAHLOUL – développe en France la thèse selon laquelle une femme peut être imam. Le fait est que cette Aida Diallo est encore plus dangereuse que BAHLOUL, car vu le fanatisme de ceux qui la suivent, il suffirait qu’elle leur demande de prier derrière elle pour qu’ils acceptent tous sans broncher. J’en suis persuadé ! L’enjeu est donc de taille et dépasse les commentaires que j’ai pu lire ça et là.

Quiconque pense que cette affaire Aida Diallo est une simple bataille de succession entre thiantacones n’a rien compris. Au fond, il ne s’agit même pas d’un problème intra-mouride, même si c’est à travers le mouridisme que la bête tente de s’introduire. Et ce serait un comble quand on sait à quel point cette voie a toujours été celle de la résistance aux pressions multiples et variées.

En clair, c’est l’Islam qui, dans tous les coins du monde, est challengé, interpellé, bousculé par des groupes puissants qui veulent « moderniser » ses préceptes à tout prix, les travestir, les diluer dans la modernité.

Il est aisé de voir que la force de cette femme tient d’abord à l’armada médiatique dont elle dispose et aux moyens financiers colossaux dont elle fait étalage. Cet argent ne provient pas uniquement des contributions des « talibés ». Tout porte à croire qu’elle est soutenue dans sa démarche par des réseaux puissants et insoupçonnés. Sous ce rapport, même si au début il s’agissait d’un problème entre thiantacones, il cesse de l’être quand la dame veut désormais se parer de la caution de l’autorité mouride pour commettre ses forfaits. Nous savons tous qu’entre ce qu’elle avait promis au khalife général des mourides lors de sa visite et le plan qu’il met à exécution il y a un océan.

Les wolofs disent que « bokk ci thiow li xam li xew moo ko gën ». Sous ma plume, cette affaire dépasse de loin la personne d’Aida DIALLO qui, au fond, ne m’intéresse pas outre mesure. Ce qui m’intéresse c’est la préservation de l’orthodoxie autant que faire se peut, à mon modeste niveau. Je fais peu cas du reste.

Wa salaam

Seydina Omar Ba