Barcelone : La communauté mouride refuse de contrôler la vente à la sauvette

Les membres de la communauté islamique murid en Catalogne ont catégoriquement nié les accusations de contrôle de la vente à la sauvette à Barcelone et ont déclaré mercredi à une conférence de presse que seulement 5% de leurs membres ils sont sporadiquement engagés dans cette activité.
L’historien et président de la Fédération Bidayatul Xitma (qui regroupe plusieurs congrégations muridis), Ababacar Thiakh, a expliqué qu’il s’agissait d’une “communauté islamique ouverte à toutes les nationalités et vivant avec d’autres religions”, dont l’activité principale est “le développement personnel”. des membres “.
La communauté de murides a été créée il y a plus de 100 ans au Sénégal et appartient à la branche soufie de l’Islam, caractérisée par le fait qu’elle n’utilise pas la violence pour résoudre les conflits et qu’elle œuvre pour créer une société plus harmonieuse.

L’écrivain et journaliste Dídac P. Garriga a également voulu nier les accusations de certains médias qui présentent la communauté comme une organisation criminelle, car “tous ceux qui en font partie le font volontairement et les dons ne sont pas obligatoires”.

En outre, Garriga a rappelé qu ‘”une association n’est pas responsable de ce que ses membres font dans leur vie privée”.
Les personnes d’origine sénégalaise qui ont assisté à la conférence de presse, bien qu’elles n’appartiennent pas à la communauté de Mourides, ont estimé que “les journalistes devraient être conscients des conséquences de leurs paroles, en particulier s’ils ne disposent pas de sources fiables”.
Thiakh a tenu à réaffirmer qu’il était ouvert à toutes les personnes désireuses de rechercher un soutien pour l’un de leurs locaux et avait déploré les articles qui les traitaient en tant qu’organisation criminelle puisqu’elles voulaient «travailler et apporter des éléments positifs à la société qui contribuent au bien-être social». a accueilli. ”
“Une société divisée coûte très cher et ce type d’accusations favorise l’islamophobie”, a déclaré le président de la Fondation Bidayatul Xitma.
Mustapha Aoulad, membre du bureau des affaires religieuses du conseil municipal de Barcelone en 2013, a également nié que le représentant international de la communauté mouride, Seringe Mamor, ait demandé de l’argent au gouvernement municipal, car il était présent lors de sa réunion. avec l’ancien maire Xavier Trias. EFE.