SÉNÉGAL : FINANCEMENT DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE !

Le soutien logistique et financier de Atepa Goudiaby au candidat Ousmane Sonko constitue un prétexte pour soulever la lancinante question du financement de la campagne électorale et de façon plus générale du financement des partis politiques au Sénégal.

Une question éminemment importante qui reste malheureusement tabou et ne figure pas dans les programmes des candidats ou alors elle est reléguée au second plan et pratiquement jamais abordée sérieusement.

UN SUJET TABOU JAMAIS RÉSOLU !

Le financement des partis politiques au Sénégal est une question longtemps posée qui demeure jusque-là entière.

C’est en 1984 que l’opposant Me Abdoulaye Wade avait saisi le Président de l’Assemblée Nationale afin que le Parlement sénégalais adopte une loi sur le statut de l’opposition et le financement des partis politiques.

Malgré la volonté affichée du président Abdou Diouf en nommant le 7 août 1998, par décret un médiateur en la personne du Pr El Hadji Mbodj pour apporter une réponse favorable à cette problématique et les débats politiques très souvent agités sous le magistère du président Abdoulaye Wade, le financement des partis politiques n’est encore régi par aucun texte juridique au Sénégal.

Tout le monde sait qu’une campagne électorale au Sénégal exige une logistique et des moyens financiers importants.

Le candidat sortant utilise la logistique et les moyens colossaux de l’Etat au nez et à la barbe de tous.
On observe une utilisation massive des moyens financiers et matériels de l’Etat et la tyrannie de l’argent l’emporte au détriment du débat d’idées.

Cette pratique illégale a fini par rentrer dans les mœurs et être « normalisée ».
Elle crée un déséquilibre manifeste qui annihile le principe d’équité et d’égalité des chances entres les protagonistes d’une compétition électorale régulière juste et équitable.

Les candidats de l’opposition sont alors obligés de trouver leurs propres moyens sans aucune obligation de rendre compte sur leur origine.

L’absence de réglementation claire et de régulation favorise la corruption, les financements occultes dans le champ politique et la collusion entre les milieux d’affaire et les partis politiques ou les candidats aux élections et installe durablement le conflit d’intérêts au cœur du pouvoir.

Ainsi les méthodes clientélistes pour se faire élire encouragent le processus de marchandisation des électeurs qui fausse la sincérité de la compétition.

C’est la porte ouverte à toutes sortes de dérives et une aubaine pour les adeptes du retour d’investissement et du conflit d’intérêts.
Plus grave encore la souveraineté et la sûreté de l’Etat peuvent être compromises sans oublier les pratiques de blanchiment d’argent sale etc…

Pourtant il va falloir assainir et réglementer cette pratique pour avoir des compétitions électorales qui respectent le principe élémentaire d’égalité des chances.

Les organismes comme la CENTIF (Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières), le GIABA (Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent), la Cour des Comptes etc… devraient regarder à la loupe ce qui se passe dans cette poudrière et arrêter de glisser la poussière sous le tapis.

Il est grand temps de donner un grand coup de balai dans cette niche nébuleuse où s’opèrent des pratiques douteuses les unes plus opaques que les autres, en mettant en place une véritable loi réglementant le financement des partis politiques et un organisme indépendant de contrôle doté du pouvoir de coercition.

On pourrait s’inspirer de ce qui se fait ailleurs comme en France par exemple où le financement des campagnes électorales est strictement encadré par la loi.

Chaque candidat à l’élection se doit de tenir à jour ses comptes de campagne : ces derniers doivent mentionner très précisément l’origine des recettes et la nature des dépenses engagées.
Ces comptes sont ensuite transmis à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).
Cette dernière vérifie que les dépenses de campagne ne dépassent pas les plafonds légaux fixés par la loi.

Des sanctions pécuniaires et pénales sont prévues en cas d’infraction. Ainsi un candidat ayant dépassé le plafond des dépenses doit verser au Trésor public le montant du dépassement.

Face à l’impact des moyens financiers qui prennent des dimensions démesurées, il est urgent de moraliser la vie politique et le peuple doit exiger la transparence dans le financement des partis politiques, l’origine des fonds et les modalités des dépenses.

Il est inconcevable que des fonds acquis par des pratiques illégales ou par des moyens de corruption puissent servir au financement de campagnes électorales.

Pour finir il faut saluer l’initiative novatrice et originale des partisans de la coalition Sonko 2019 avec leur campagne « BOKK NAA » de collecte de dons citoyens et de cotisations pour financer la caution et la campagne de leur candidat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *