14 février: Une journée ordinaire…

Sacrilège! Au milieu des flons-flons de la fête StValentin devenue l’une des journées cultes d’un pays festif et en quête d’évasion pour oublier son difficile ordinaire, refuser de célébrer ce moment peut relever d’une bizarre hérésie.
Pourtant, une fois n’est pas coutume, cette année, tombée en pleine campagne électorale, alors que le pays guette son indispensable libération, se laisser aller à l’abandon de la fête serait à tout le moins irresponsable.
2019 n’est pas une année StValentin. Pour que l’amour soit, il faut des conditions qui hélas font lourdement défaut. Le risque de détourner l’attention de l’enjeu majeur est trop grave de conséquences négatives pour justifier ce boycott, à défaut ce report, de la fête du cœur afin que la raison reste solidement tournée vers l’objectif de l’heure: surveiller le processus électoral et évincer celui qui empêche amour, vie, joie, santé, cohésion sociale, avenir de la nation d’avoir un sens.
Mieux vaut consacrer les pulsions de son cœur et les neurones de sa raison à une mobilisation sans limites que de se laisser distraire par une fête, distraction dangereuse, qui n’est vraiment pas bienvenue.
C’est que la célébration de la StValentin est l’une de ces multiples fêtes ayant pris de ces dimensions loufoques dans un pays n’ayant plus le sens des priorités -qui doit le retrouver!
En tout, c’est la preuve ici aussi de ce que nous Sénégalais sommes des gens d’excès jusque dans la pire bêtise. C’est pourquoi souvent l’accessoire est au dessus de l’essentiel.
Qui en arrive dans ce climat folichon à réaliser que dans le fameux triangle des priorités popularisé par Maslow sécurité physiologique, nourriture, santé, paix, estime de soi, auto-réalisation sont les aspirations primordiales de l’être humain. Désormais on peut y ajouter le besoin d’accès à cet autre soin primaire: la connectivité, pour devenir un netizen, citoyen de la blogosphere porté par le vertige d’une mutante techtonique des plaques numériques.
Oui l’amour, mais pas l’amour qui fait perdre le nord notamment en ce qui concerne cet impératif de retrouver le sens des urgences dont la non prise en charge empêchera demain quelque assouvissement de ce principe de plaisir si fragile.
Bonne fête de StValentin mais de grâce restons plutôt centrés sur la mission du moment. Dans une dizaine de jours, il nous faut avoir créé les conditions de la fêter authentiquement : cœurs et têtes légers, au lieu de se bercer d’illusions, dans cette éperdue quête d’évasion. Celle-là même qui faisait dire au démographe Brésilien Josue de Castro il y a 50 ans que le lit de la misère est fécond quand la table est pauvre.
Restons donc l’oreille collée aux nouvelles de RadioDebandade: l’amour, c’est faire tomber Macky Sall, principal obstacle à nos rêves de bonheur pérenne !

Mettons de côté les farces, c’est pas le moment. L’heure est grave. Parlons guerre, non d’un illusoire amour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *