LE PROJET DE SOCIÉTÉ, UN IMPENSÉ DANS LES DISCOURS DE CAMPAGNE ?

Certains analystes trouvent dans l’offre politique proposée par les candidats à l’élection présidentielle une lacune : le mutisme sur les projets de société. Dans leur critique, ils distinguent cette notion des programmes publiés, sans toujours lui donner une définition stable. Tantôt le projet de société est presenté comme une vision de l’avenir, tantôt sous la forme d’enoncés sur la population (famille, éducation jeunesse…) ou la société (valeurs, religion…).

La critique est en partie fondée puisque parmi les élus, le Président de la République est le seul qui incarne la Nation et la représente sur la scène internationale. En se soumettant au suffrage de ses concitoyens, il doit être à même de leur indiquer un chemin pour aller vers le mieux être que les réalisations matérielles ont pour principal objet d’ouvrir. Il s’agit d’une oeuvre d’anticipation éclairée par une connaissance des contraintes qui freinent l’évolution vers le futur désiré, et, par l’adoption d’un modus operandi réaliste et réalisable. L’exercice n’a rien à voir ni avec l’incantation – fût ce pour la survenue d’une ère de “jam ak xewël – ni avec une démarche de nature messianique d’un acteur solitaire. Au contraire il relève de la pensée rationnelle née généralement de l’intelligence collective.

L’impasse faite par les candidats sur cette exigence de la critique pourrait tenir également de la difficulté pour eux d’innover par rapport aux principes qui régissent l’organisation de la société politique. De longue date en effet, le legislateur a scellé la destinée du Sénégal en en faisant une République démocratique, laïque et sociale. En en précisant la signification dans la Constitution, il fixe le socle censé assurer les bases de la cohésion nationale et dessiner les contours du cadre dans lequel doit être entrepris le développement.

L’effacement des marqueurs idéologiques est certainement une des raisons de la faible prise en charge de la dimension projet de société par les programmes en concurrence. Trois parmi les cinq candidats se réclament du libéralisme (Macky Sall, Idrissa Seck, Madické Niang) tandis que les deux autres ne peuvent être classés dans une doctrine politico-économique clairement identifiable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *