Mamadou « Leuz » Niang, réalisateur : La promotion de la culture sénégalaise à travers l’écran

« Dinama nekh », « Buur Gueweul », « Un café avec », « Ndary Baba » sont des téléfilms très courus ces derniers temps par les téléspectateurs sénégalais et qui portent la marque du réalisateur Leuz. El Hadji Mamadou Niang à l’état-civil capitalise des dizaines d’années dans la réalisation et la production et est également honoré de plusieurs prix pour ses documentaires. Entretien avec un homme de l’ombre, qui s’est toutefois fait une place de choix dans l’audiovisuel, grâce à sa touche d’artiste.

Qui est Leuz ?
Je m’appelle El hadji Mamadou Niang dit Leuz. Je suis producteur et réalisateur. Je suis né en 1973, à Grand- Dakar, un quartier très populaire. Enfants, nous jouions tout le temps aux billes. J’arrivais souvent à remporter la mise communément appelée « Leuz ». C’est ainsi que mes camardes d’enfance m’ont surnommé Leuz. Quand je suis entré dans le monde de la production et de la réalisation, et qu’il fallait avoir une signature, j’ai décidé de maintenir le surnom de Leuz. Et de fil en aiguille, il a pris le dessus sur mon nom à l’état -civil.

Cela fait combien d’années que vous êtes dans le milieu de la réalisation ?
J’évolue dans ce milieu depuis plus de seize ans. J’ai entamé ma carrière par une formation au Média Centre de Dakar. La formation a duré deux ans et j’ai, par la suite, travaillé là-bas comme technicien. Je disposais juste d’un contrat à durée déterminée. Après que ce dernier est arrivé à son terme, j’ai décidé de poursuivre ma route comme freelance. C’est ainsi que je me suis mis à réaliser des clips. Durant ma formation, j’ai eu la chance de rencontrer un réalisateur du nom de Moussa Touré. On habitait le même quartier. On s’est côtoyé. Ce réalisateur m’a beaucoup appris.

C’est grâce à ce monsieur que je me suis véritablement intéressé à la réalisation. J’ai eu à travailler avec tous les grands artistes chanteurs du Sénégal, à l’exception d’Ismaël Lô et Baaba Maal. J’ai également travaillé avec le label Jololi puis dans la structure Prince Arts. En 2008, j’ai réalisé un téléfilm en collaboration avec Prince Arts dénommé « Baye Bercy ». C’est l’un de mes premiers téléfilms en fiction. J’ai aussi bénéficié d’une bourse de la Coopération française. Après la formation, j’ai coréalisé, avec Angèle Diabang et Ousseynou Ndiaye, un film dénommé « L’Homme, remède pour l’homme ».

Le premier véritable documentaire que j’ai produit est dénommé « Les pieds dans l’eau ». Je traitais, dans ce documentaire, des inondations dans la banlieue. Ce document a été sélectionné dans le Festival de films d’environnement qui se tient à Paris. Le film a aussi gagné, en 2010, le prix Meilleurs jeunes réalisateurs dans l’Uemoa. J’ai parlé également, au cours de cette même année, de l’avancée de la mer à Gued-Ndar, qui est le village le plus peuplé au monde. D’ailleurs, les habitants de ce village, au vu de l’avancée maritime, seront obligés de quitter l’île dans 30 ans. Ce documentaire a été diffusé sur Arte.

J’ai également réalisé des téléfilms au niveau local. Le principal film est « Un café avec ». Je suis le réalisateur des deux premières saisons. J’ai eu à réaliser une autre série dénommée « Dinama nekh ». Ce film, je l’ai co-produit avec Metzo Diatta. Autant la première que la deuxième saison ont été achetées par la chaîne A+. J’ai dernièrement fait une série intitulée « Bour Gueweul ». J’ai également travaillé à la Télévision Futurs Médias.

Comment avez-vous intégré le milieu de la réalisation ?
A vrai dire, c’est le réalisateur Moussa Touré qui m’a influencé. On habitait le même quartier. Gamin, je l’avais vu à la télévision sur Tv5. A l’époque, il n’y avait pas beaucoup de chaînes de télévision. J’ai été très surpris de le retrouver par la suite dans mon quartier, sur son vélo. J’ai alors voulu savoir ce qu’il faisait dans la vie. Lorsque j’ai su qu’il était réalisateur, je me suis alors dit que je ferai plus tard la même activité que ce monsieur. Nous étions en 1995 lorsque j’ai eu la chance de l’approcher et de le voir expliquer, dans les détails, le contenu de son métier de cinéaste et réalisateur. L’année suivante, j’ai passé le concours du Média Centre de Dakar et les choses se sont avérées concluantes. Voilà l’histoire.

Comment jugez-vous le marché de la réalisation des années 1990 comparé à celui d’aujourd’hui ?
La technologie a depuis beaucoup avancé. Maintenant, nous faisons carrément de la vidéo. C’est très différent d’il y a de cela quelques années. Au début, le numérique n’était pas encore présent en Afrique. Nous faisions recours à l’analogique. Cette donne rendait plus chère la production. De nos jours, nous avons la chance de tomber sur le numérique; c’est beaucoup plus accessible. Les technologies ont beaucoup évolué. Avec une bonne caméra, tu peux te permettre de faire beaucoup de choses. C’est cela qui fait fondamentalement la différence. L’ère du numérique est venue rendre plus léger notre travail.

Cette facilité d’accès n’a-t-il pas également rendu plus accessible le marché, se répercutant du coup sur la qualité des produits ?
Certes il y a des produits dont la qualité laisse à désirer. Toutefois, de façon globale, je trouve qu’il y a beaucoup de produits de bonne qualité. Pas mal de gens qui ne sont pas forcément du métier ont intégré le secteur. Mais le public est très vigilant. Il est en mesure, sans qu’on le lui dise, de faire le discernement et la différenciation entre les produits de qualité et ceux qui en ont moins. Seulement, pour ceux qui ont été formés à bonne école, la qualité reste de mise. C’est même une exigence pour nous. C’est un métier qu’il faut apprendre, il ne suffit pas simplement de se munir d’une caméra et d’une perche.

Quelles sont les exigences de votre métier ?
Il faut d’abord avoir quelque chose à dire. Le choix du sujet à traiter est très déterminant dans ce métier. Le cinéma, c’est de la création. Cela requiert, chez le réalisateur, une bonne maîtrise de son sujet. Il est essentiel d’avoir un bon budget de tournage et du bon matériel. C’est un métier qui exige des connaissances préalables et beaucoup de rigueur. C’est pourquoi je recommande aux jeunes qui rêvent de l’embrasser de se préparer en conséquence.

Comment s’est passée votre collaboration avec les acteurs de la série « Un café avec » ?
Je travaillais avec un ami du nom de Sidath Touré. En réalité, c’est Boubacar Diallo alias Boub’s qui a eu l’idée. Il en a alors parlé à Sidath. J’étais en voyage, et une fois de retour, ils m’ont fait part du projet. Ils m’ont proposé de réaliser le film. C’est comme ça que c’est parti. Cheikh Yérim Seck est venu par la suite. Il nous a rejoints comme associé. C’est ainsi que nous avons commencé à travailler ensemble. J’ai réalisé et la première et la deuxième saison.

Qu’est-ce qui s’est passé pour que vous décidiez d’arrêter votre collaboration dans « Un café avec » ?
C’est juste que j’avais un autre projet en cours, en l’occurrence la série « Dinama Nekh ». Peut-être que c’est cette collaboration qui a fait que chacun est parti de son côté. Je n’aime pas trop m’épancher sur le sujet, car tout cela est bien derrière nous maintenant.

On sait également que vous avez réalisé de nombreux clips. Le marché du clip rapporte-t-il suffisamment ?
Non, franchement, la réalisation des clips ne nous permet pas de couvrir nos besoins. Je le fais juste par passion. D’autre part, la majeure partie des chanteurs sont des amis. S’ils font recours à nous, nous sommes tenus de donner suite à leurs sollicitations. Egalement, eux nous le rendent bien, quand nous avons besoin d’eux, ils répondent massivement et sans poser une quelconque condition.

Quels sont les secteurs de la réalisation qui rapportent beaucoup plus ?
Les documentaires rapportent plus que tous les autres secteurs de réalisation. Les séries rapportent également. Mais en réalité, ce n’est pas l’aspect pécuniaire qui me pousse à vraiment faire ce métier. J’ai choisi ce travail par passion. Ce qui m’importe principalement, c’est de participer aux débats intellectuels, d’apporter mon point de vue en tant que réalisateur. Quand je confectionne un film, le premier objectif est de susciter un débat. Je veux amener les gens à réfléchir et à se conscientiser à travers les différents sujets abordés dans nos films.

Est-ce que vous envisagez de vous lancer dans le long-métrage ?
Je pense à cela bien entendu. Je profite de cette occasion pour saluer le fonds d’aide alloué au cinéma par le président de la République, Macky Sall. Toutefois, je tiens à apporter des précisions. Le partage n’a pas du tout été équitable. Ou du moins, nous n’avons véritablement pas compris les critères retenus pour l’affectation des fonds. Par exemple, cela fait quatre ans que je produis régulièrement des films, séries et téléfilms, à partir de mes propres moyens. J’avais personnellement déposé pour bénéficier du fonds. La demande n’a pas connu de suite.

En même temps, d’autres personnes qui sont restées plus de quinze ans sans aucune production ont bénéficié de ce fonds. C’est assez paradoxal, car nous sommes constamment présents, avec nos propres moyens, des années durant. D’autant plus que certaines de nos réalisations telles que « Dinama nekh » ont été exportées et traduites en d’autres langues. Ce qui est de nature à promouvoir la culture sénégalaise. Mon ambition est de faire un long-métrage. Mais cela coûte trop cher. Il revient à ceux qui gèrent ce fonds de veiller à un partage équitable.

Je veux lancer un message au ministère de la Culture et au président de la République pour leur dire qu’à travers nos films, nous faisons la promotion de la culture sénégalaise et contribuons au débat intellectuel. Nous demandons de disposer d’un fonds de garantie qui nous permettrait de pouvoir faire des prêts auprès des banques.

A défaut des fonds alloués par l’Etat, pensez-vous collaborer avec le privé dans le cadre d’un long-métrage ?
Nous avons réfléchi à un modèle pour essayer de produire nos propres films. Nous pensons à faire recours à une banque qui serait en mesure de nous prêter de l’argent. Une fois que le produit sera fini et vendu, nous serons en mesure de rembourser. L’autre modèle est devenu un standard : il consiste à faire appel aux étrangers qui viennent avec des fonds, pour réaliser et après vous partagez. Mais je veux faire quelque chose où dans toute la chaîne il y aura une expertise exclusivement sénégalaise. C’est très possible, et ce projet est très rentable.

Après des années dans la réalisation et la production, certainement il y a des jeunes qui voudraient un jour faire le même métier. Quels conseils leur donneriez-vous ?
Je leur dirais d’abord d’aller se former à bonne école. C’est un métier très exigeant, qui demande beaucoup de rigueur et de la patience. Les pressés ne peuvent pas réussir dans ce métier. C’est aussi un domaine qui demande beaucoup de réflexion et de créativité. Il faut prendre le temps d’observer, de réfléchir, d’écrire, de concevoir…

Est-ce que vous envisagez de travailler à nouveau dans une chaîne de télévision ?
Non, je ne le pense pas. A moins que la télévision m’appartienne. Nous avons un projet dans ce sens. Mon ambition est de faire une télévision à l’image du Nollywood. Nous ferons passer exclusivement des séries sénégalaises. C’est un projet qui est en bonne voie.

Propos recueillis par Oumar BA
Le soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *