Quand un pulaar soutient un candidat parce que ce dernier est pulaar , l’on fait semblant de ne rien comprendre. Quand un wahabite soutient un candidat catalogue wahabite, les gens bottent en touchent. Quand un tidiane supporte un candidat parce que ce dernier est tidiane, alors l’on mine de ne rien comprendre. Lorsque presque toute une region adopte une candidature, alors l’on parle de mobilisation. Pire encore lorsqu’un khalife general declare ” parrainner” un candidat, tout est encore normal. Mais lorsque certains soutiennent un candidat, l’on crie au scandale et l’on joue à la personnalisation. Mais depuis quand la democratie senegalaise echappe à sa matrice confrerique et ethnique ?

La confrerie et l’ethnie font partie des elements fondateurs de ce pays. Comment ce pays peut en echapper surtout dans le cadre de l’anthropologie politique et de la sociologie du vote ? Ce qui est dangereux c’est quand l’on theorise la purete ou la suprematie d’une ethnie ou d’une confrerie. . Qu’on ne s’y trompe. Au Senegal, les electeurs voteront toujours soit selon l’angle confrerique ou l’angle ethnique. Meme dans les pays du Nord , la sociologie du vote indique d’autres parametres c’est a dire la couleur de peau, la croyance, la region, etc. Ne parle-t-on pas du “vote” racial, “catholique”, “noir” ou “consevateur” ?

L’histoire, la geographie ou la sociologie renseignent beaucoup sur la democratie. Celle-ci n’a jamais ete universelle. Ce qui est dangereux c’est l’instrumentalisation et la theorisation du discours ethnique et confrerique. Enfin et surtout , faire comme si c’est la face-à-face entre ethniee et confreries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *