Le Sénégal est notre patrimoine commun. Quel que soit le vainqueur qui sera proclamé au terme du processus électoral du 24 février prochain, nous continuerons à vivre tous ensemble sur cette terre qui est nôtre. Les mêmes lois et règlements nous seront également opposables et nous serons tous assujettis, au même pied d’égalité, aux mêmes obligations et devoirs vis-à-vis de la Nation. Nul d’entre nous, à quelque bord qu’il appartienne, ne pourra se prévaloir de privilèges particuliers, par rapport à ses autres concitoyens. Alors? À quoi bon s’étriper, parce que nous appartenons à des camps politiques différents?

Je pose cette interrogation car il me revient que tout à l’heure, il y a eu de sérieuses frictions entre la caravane de Barthélmy Diaz et des militants de BBY. On parle également d’affrontements entre militants de PASTEEF et de BBY à Aéré-Lao.

Comme si ce qui s’est passé à Tamba ne nous avait pas servi de leçon. Ce qui est constant, c’est que chacun d’entre nous est «majeur et vacciné» comme on dit dans le langage courant. En toute souveraineté, chacun d’entre nous, selon ses opinions, ses convictions, sa vision propre de la gestion du pays et de ses ressources, sait clairement à qui, des candidats en lice, il va accorder sa confiance pour les cinq prochaines années.

Cependant, il n’est pas impossible d’amener un citoyen à changer de candidat. Pour y arriver, il suffira de lui servir une argumentation convaincante parce logique, bien structurée et sous-tendue par des faits réels. Mais, ce ne sera certainement pas en le violentant.

En définitive, ce que nous retiendrons c’est, qu’en aucun cas, la violence ne peut servir la cause de ceux qui y recourent comme moyen d’action. La raison est simple : elle provoque dégoût et rejet du peuple qui finit par tourner le dos à ses adeptes. Le recours à la violence est un signe patent, irréfutable de faiblesse d’esprit, pour ne pas dire de bêtise insondable.

PS : qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : je ne désigne personne comme responsable de la violence qui s’invite dans le champ politique. Ce n’est pas mon rôle de désigner un coupable et je ne suis pas outillé pour jeter l’opprobre sur tel ou tel camp. C’est la violence que je combats. Quel que soit son champ d’application! Quelle que soit sa forme! Quels que soient des auteurs!

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *