Dans les discours de campagne, ces mots sont parmi les plus utilisés. Revenir sur leur sens n’est pas la question. Mais selon qu’ils servent à caractériser les attroupements autour de l’un ou de l’autre, les candidats les chargent de sous-entendus qui valorisent leurs meetings et caravanes ou dévalorisent ceux constitués par la concurrence.

Des nombreux publics acclamant le Président sortant, ses rivaux parlent par dérision de foule, c’est-à-dire de masse sans âme qu’aucune relation affective, qu’aucun ressort ne lie en son sein ou avec son icone sinon la petite somme d’argent supposée être distribuée en guise de motivation pour ses applaudissements. La foule se distinguerait par sa veulerie. Pour celui qui l’a fait se réunir dans un stade où sur la grand place de la ville où de la bourgade, il ne s’agit pas d’une simple multitude informe mais de ses militants, de ses fans, de son peuple. Voire du peuple sénégalais…à tort ou à raison.

C’est la même idée que les autres candidats se font du monde venu à leur rencontre à la campagne ou à la ville. Ils estiment faire foule avec le peuple, le vrai peuple celui des fideles et des patriotes mobilisés par adhésion sans rétribution aucune. Mais pour le camp d’en face ce n’est au plus qu’une populace d’oisifs errants aussi bruyante que peut l’etre un tonneau vide de substance.

Chacun voit midi à sa porte.

 

Lat Soukabé Mbow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *