PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGAL 2019. ANALYSE TENDANCIELLE SUR LES PROBABLES RÉSULTATS

Considérant que les sénégalais ont depuis l’adoption du code consensuel de 1993 voté concentré (allusion faite aux candidats ayant 10% ou plus) autour de 3 candidats, voire 4 et comme par hasard il s’agit des candidats issus, soit du PS authentique, soit du PDS authentique : en 2000 Diouf+Wade+Niasse 89%, en 2007 Wade+Idy+Tanor 84% et en 2012 Wade+Macky+Niasse+Tanor 86% ;

Considérant que ces pourcentages successifs restent dans les marges d’erreur souvent évoquées dans les sondages électoraux (2 points de plus ou de moins par rapport à la moyenne, ici correspondant à 86,3%) ;

Considérant que les observations précédemment faites peuvent être notées sur les « Législatives d’après code consensuel », excepté en 2007 où il y a eu boycott de la « grande opposition » : 1998 PS+PDS+URD 83%, 2001 Sopi+PS+AFP 83%, 2012 BBY+Bok Guis Guis 76%, 2017 BBY+Coalition Gagnante+Manko Taxawu 78% ;

Considérant que la coalition Benno Bok Yakaar au plus fort de score dans un scrutin à enjeu national est chiffrée à 53% (Législatives 2012 où il y avait encore Idy) : compte non tenu du 2nd tour de 2012, car comme le rappelle régulièrement le politologue français Roland Cayrol : « On n’analyse pas une élection à partir des résultats d’un 2nd tour, ni à partir d’un référendum » qui, au demeurant, avec le « oui » ou « non », est comme un 2nd tour, c’est-à-dire bâti que sur 2 choix. Il faut vraiment être de BBY pour le faire, car ses militants aiment rappeler que Macky a été élu en 2012 avec 65% et a obtenu au référendum en 2016 63%. C’est comme un élève qui obtient son bac au 2nd tour avec une moyenne de 16 dans les matières reprises et qui se targue d’avoir obtenu la mention « Très Bien ». Vous voyez l’erreur ;

Considérant que la même coalition est chiffrée au plus bas de son pourcentage dans un scrutin à enjeu national à 49%, qui correspondent à peu près aux pourcentages à la présidentielle 2012 des 3 coalitions qui la compose dorénavant majoritairement (27% de Macky+13% de Niasse+11 de Tanor) ;

Considérant que ce scrutin peut énormément ressembler aux Législatives de 2017 (17 petits mois les séparent) où à mon avis (fondé notamment sur le chaos qui avait prévalu dans les bastions de l’opposition) seule la coalition BBY, avec ses 1.637.761 votants, avait à peu près atteint son potentiel électoral ;

Considérant que le « taux moyen de participation » à la dernière présidentielle est de 53% (52% au 1er tour et 54% au 2nd ) et est dans le même ordre quasiment aux Législatives de 2017 (54%), on peut avoir au soir du 24 février :

1er cas de figure (au cas où le taux de participation se situerait autour de 54%):
– BBY entre 47% et 51% (c’est-à-dire en tenant compte des marges d’erreur)
– Idrissa Seck et Madické Niang, correspondant aux 2 autres candidats issus des partis classiques : 40% à 44% (avec à coup sûr une très grande part à Idrissa Seck : ça peut même être du 35% 7%)
– Ousmane Sonko et Issa Sall, correspondant en moyenne aux scores en 2000, 2007 et 2012 des autres candidats, pour la plupart non issus du PDS et PS authentiques : entre 13 et 17% (avec un avantage à Sonko, car Issa pouvant exactement se retrouver sur les 5% de sa coalition de 2017 et Sonko multipliant considérablement son 1,13% de 2017)

2ème cas de figure (au cas où le taux de participation dépasserait nettement 54%) :
– BBY sera la grande victime, car ayant épuisé sa réserve, sachant que le fichier n’a pas grandement évolué par rapport à 2017 (seulement 463.594 nouveaux inscrits, dont en majorité des primo-votants, qui ne lui seront pas très favorables à mon avis)
– Tous les autres candidats pouvant augmenter leur pourcentage, surtout Idy, Sonko, voire Madické

3ème cas de figure (au cas où le taux de participation serait nettement inférieur à 54%) : là, il sera très fort probable que Macky soit réélu au 1er tour, au détriment de tous les autres. C’est ce scénario que je craignais dans mon avant dernier post avec l’appel de Wade au boycott, que le pouvoir en place peut bien utiliser pour militariser le scrutin à Dakar et environs, poussant les Dakarois, où le taux était déjà bas en 2017 (51%), à rester chez eux.

En résumé, dans les 2 premiers cas de figure, forte probabilité de 2nd tour (il sera même inévitable dans le 2nd cas de figure) et dans le 3ème cas de figure, réélection de Macky au 1er tour. Donc, si vous voulez, chers compatriotes, un 2nd tour, votez et faites voter ! Enfin, si le 2nd tour doit avoir lieu, ça sera très probablement entre Macky et Idy, surtout que j’aurais même pu pousser l’analyse, comme je l’avais fait en 2012, et démontrer qu’au Sénégal ça vote autour de 70% libéral dans ce pays (en 2007 : Wade+Idy 71% et en 2012 Wade-Macky-Idy 70%).

BELLE JOURNÉE ÉLECTORALE!

Chris Nala Mingou

Précision. Ces analyses sont faites dans l’optique d’une élection TRANSPARENTE. Si autre pouvoir doit sortir, càd celui relatif au phénomène « Voice maker », il les faussera évidemment. Personnellement, je n’y crois pas, car pensant que les Sénégalais votent généralement, malgré les supputations d’avant Jour J, de façon conforme aux tendances.