Réflexions nocturnes sur une élection explosive.

Vouloir forcer le Khalife des mourides à féliciter un Macky Sall non-elu, en le piégeant par un appel téléphonique anodin -voire à mettre dans sa bouche des propos taillés pour secourir un président-sortant aux abois. Tenter de semer la zizanie dans les rangs d’une opposition unifiée par la volonté populaire en tressant des lauriers à un Ousmane Sonko qu’on diabolisait il n’y a guère longtemps dans le seul but de le séparer du reste de l’opposition.
Voila à quoi en est réduit le régime moribond de Macky Sall, producteur de gaffes, destructeur de valeurs et d’équilibres ethno-politico-religieux. Pas de quoi rassurer un pays en apnée, angoissé, qui attend les résultats du premier tour de l’élection présidentielle du 24 février, que les fraudes industrielles du président-sortant ne lui ont pas permis de voler, comme il en rêve, à son profit.
Réalisant qu’il ne peut, en principe, pas couper à un mortel deuxième tour électoral, Macky Sall et sa bande multiplient bourde sur bourde. Au point d’offrir à la vue générale les derniers signes de leur panique totale, effrénée, à la tête d’un État sénégalais…étêté !
Tout est cependant fait pour donner à penser que nous vivons dans une situation normale. On fait semblant d’organiser un faux, inutile, voire illégal, conseil des ministres. Bafouant toutes les règles protocolaires, on invente un tweet de félicitations d’un président étranger, Emmanuel Macron, à un candidat Macky Sall non élu. On fait une interview avec le journaliste de Tv5, Ousmane Ndiaye, sur la radio-tele ethnicolore afin de déstabiliser Sonko, sans lui donner la chance de répliquer. On programme un voyage en France contre les règles du processus électoral comme pour imposer à Paris un fait accompli. On fait faire des déclarations au Khalife des mourides au risque de le mettre à mal avec ses ouailles qui séparent religion et élection en insistant sur la transparence des résultats. Et on fait charger, à l’artillerie lourde, sites et grandes gueules, putes et versatiles, pour faire accroire que la cause est entendue.
Or, le silence lourd de nombre des activistes dans son camp prouve à suffisance que la panique a atteint chez Macky Sall un degré de métastase si profond qu’on dirait la phase terminale, végétative, d’un cancer irrémédiable.
C’est le lieu d’inviter les instances et individus chargés de donner les résultats de l’élection à ne pas le faire sur la base de faux procès verbaux ni d’une fake atmosphère d’une fausse victoire au premier tour. C’est à eux qu’il incombe de dire merde à Macky Sall s’il leur met la pression, comme on le sussure. C’est à eux, soutenus par le peuple sénégalais et la communauté internationale d’insister, comme au Venezuela, que la démocratie sénégalaise ne doit pas être assimilable aux normes d’une démocratie bananière.

Dans ce climat de peur-panique, les bêtises de ce régime aux abois doivent être contenues calmement: aux ‘je m’en fous de Touba’, entendu ici, ‘il faut déplacer IlaTouba vers IlaFouta’, résonnant ailleurs, et aux agissements des voleurs Mamour94 et co, sans oublier les grondements d’ours polaire en Sahelie de Macky Sall, bref à leurs petages de plomb, il importe d’opposer une froide résistance.

C’est ici que le rôle des forces de défense et de sécurité, au cœur de la protection des institutions, du territoire et des citoyens, devient crucial. Elles doivent surgir comme le dernier rempart pour sauver une nation qui court le risque d’être défait, détruit, déstructurée. Cela, sous la poussée d’un irresponsable voleur, Macky Sall, autocrate de bas étage qui veut se faire réélire coûte que coûte sans avoir réuni une arithmétique convenable, requise.

À la croisée des chemins, le Sénégal pourrait imploser si les manipulateurs jouant, allumettes en mains, au bord de la poudrière qu’il est devenue ne sont pas surveillés attentivement. Afin d’éviter le pire au pays. Question: peut-on espérer que les voix, comme celle de Demba Kandji, et les esprits, ceux chargés de dire le droit, au Conseil Constitutionnel, comprendront, les forces de défense et sécurité avec, que le peuple sénégalais n’attend rien moins que la stricte vérité des urnes. Rien d’autre. Surtout pas de faux résultats pour adouber un faux président alors que le pays est dans un état quasi-explosif, au milieu d’incertitudes et d’une pauvreté sans précédent.

Nous refuserons la validation d’un coup d’état électoral : Macky Sall et ses acolytes, quels qu’ils soient, doivent se le tenir pour dit. Le monde entier voit, nus, ses mensonges et stratagèmes nullissimes pour s’imposer au terme d’un processus électoral qu’il veut vider de sa substance: cet homme est un danger. Il faut l’arrêter. Sénégalais, nous sommes interpellés par l’histoire face à un minable cafard à écraser !

Ps: Macky Sall et ses manœuvres pour mouiller le Khalife des mourides est pire que les propos irresponsables entendus auprès des bêtes individus qui l’entourent. Il est donc grand temps que l’entourage immédiat du Khalife sorte un communiqué pour le dissocier des propos que des sites, notamment Dakaractu, lui prêtent dans sa conversation téléphonique ignominieusement “fuitee”, comme pour le mettre devant le…fait accompli. Il faut surtout extirper du saint des saints du leadership mouride les forces toxiques, cupides, qui n’y sont que des espions, soutiers d’un régime corrupteur et immoral.

*Depuis 1978 année du retour des élections pluripartisanes au Sénégal que j’ai toutes suivies, celle que nous vivons est la plus vitale: soit elle sauve notre démocratie soit elle la tue.