Appeler à l’insurrection, est ce acceptable dans une République?

Il me plait de rappeler souvent les sages prises de position de notre vénéré et regretté Serigne Aboul Aziz Dabakh Malick (Yalla na Yalla yook ay lééral ta taass gnou chi barkéém). Et me vient à l’esprit, aujourd’hui, une sentence à lui, à propos de «fitna» : «Foo degge fitna, boo ko mënee fay, fay ko ndax, bu la fitna sori mukk ba nga yaakaar ni mën nga céé mucc.»

Et, pour illustrer ces propos pleins de sagesse, notre vénéré guide avait usé d’une parabole dont j’essaie de vous faire résumé. Un margouillat qui vivait dans le toit en chaume de la case d’une vieille dame rencontre une couleuvre. Et la couleuvre qui venait de diner le prévint que c’est lui, margouillat, qui serait au menu de son prochain petit déjeuner. Très inquiet, le margouillat alla informer la vieille dame de ce funeste projet qui le visait en lui demandant d’intervenir pour en empêcher la réalisation. Pour toute réponse, la vieille rigola bien et conclut que cette affaire ne saurait en rien la concerner et qu’en conséquence, il n’avait qu’à se débrouiller pour trouver une solution. Hochant la tête, le margouillat se retira et aborda par la suite, tour à tour, le cheval, l’âne, le bélier et le taureau qui étaient attachés dans l’enclos de la maison pour la même requête. Tous lui firent la même réponse. Le lendemain matin, la couleuvre sortit de son trou pour mettre à exécution son projet de mettre le margouillat au menu de son petit déjeuner. Au moment où elle allait saisir sa proie, celle-ci l’esquiva et, emportée par son élan, elle atterrit dans le feu auquel la vieille dame se chauffait. Ses contorsion éparpillèrent les braises qui mirent le feu à la case, ce qui causa le décès de la vieille. Pour organiser les funérailles de sa mère, le père de famille fit seller le cheval qu’un jeune cavalier enfourcha pour faire, au triple galop et à grand renfort de coups de cravaches bien sentis, le tour des villages où résidaient les parents afin de les informer de la triste nouvelle. Au même moment l’âne fut confié à des enfants pour aller chercher du bois mort pour la cuisson des repas qui allaient être confectionnés lors des funérailles. L’âne et le cheval moururent d’épuisement. Quant au bélier, il fut servi aux premiers parents qui arrivèrent tandis que le taureau, lui, il fut immolé le jour de la cérémonie. La conclusion qu’on en tire, c’est que si chacun des protagonistes s’était investi pour arrondir les angles entre le margouillat et la couleuvre, on n’en serait certainement pas là.

Méditons cette parabole. Invitons nos compatriotes qui appellent le peuple à la révolte, à l’insurrection, à modérer leurs ardeurs. Qui peut présumer de ce qui arrivera si nous embrasons la rue? Pense-t-on aux femmes, aux enfants qui, partout où il y a conflit, sont les principales victimes (innocentes) des affrontements? Qui d’entre nous peut être sûr à l’avance qu’il sortira sans dommage, pour lui et pour ses biens, et même pour ses parents, d’une conflagration générale? Que gagnerions-nous à détruire le peu d’infrastructures dont nous disposons?

L’exemple des «gilets jaunes» en France que certains évoquent me semble incongru pour notre cas. À la limite c’est criminel de vouloir transposer cet exemple chez nous. Toutes les infrastructures de ce pays ont été construites avec des capitaux empruntés auprès des organismes financiers internationaux. Les biens privés qui risquent également de faire les frais de la furie des éventuels insurgés sont le fruit d’investissements individuels réalisés avec des prêts bancaires. Les détruire c’est plomber le progrès dans ce pays! Le Sénégal n’est pas la France. Nous ne nous relèverons pas d’une «action à la Gilets Jaunes».

Et puis, dans tout ça, Idrissa Seck depuis Touba et devant le Khalife Général des Mourides a appelé à la paix. Sonko également tient le même discours républicain. Alors, pourquoi diable, certains qui se réclament d’eux veulent jouer au boutefeu? Qu’ils rejettent les résultats de l’élection présidentielle, c’est leur droit. Qu’ils affirment ne pas reconnaitre le Président déclaré réélu, c’est également leur droit, bien que cela me paraisse, personnellement, illogique. Mais, qu’ils incitent le peuple à l’insurrection, appelle forcément l’autorité garante de la sécurité des citoyens et de leurs droit d’aller et de venir à leur faire face.

Yalla na diaamm sakh !

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *