Le discours de victoire du Président a le mérite de reposer sur une stratégie de communication qui rentre dans la logique de la conception de l’État et du pouvoir politique à laquelle il a été initié et socialisé. Et pour cette raison-là ce discours n’est pas plus qu’une tentative d’amortir les effets dévastateurs de l’attitude de l’Opposition pendant et surtout après la présidentielle. La communion de l’Opposition avec son peuple de militants dans un silence assourdissant est vécue au fond comme la pire sanction à laquelle le régime pouvait s’attendre.
L’appel au dialogue, le énième lancé par le chef de Bennoo depuis qu’il est au pouvoir, n’est qu’une tentative d’extirper l’Opposition et le peuple de leur silence de dérision. Que voulez-vous, l’Opposition a subi un autoritarisme bureaucratique teinté d’arrogance, puis un processus électoral dont elle ne faisait ni ne pouvait contester avec succès les règles, et enfin une élection présidentielle honteusement truquée.
Malgré tout elle a gagné un second tour qui lui a été refusé. On comprend donc que le silence d’une telle Opposition soit intenable pour ses bourreaux en robe et capuches, en costumes et cravates, en boubous et gris-gris. Le dialogue ne peut avoir lieu dans le silence et la palabre ne guérit pas de la honte.
Cet appel au dialogue est donc un signe de plus que le respect des institutions et du peuple est une valeur inconnue de cet établissement Francophile et Afrophobe.

Aboubakr Tandia