Survie ou non du Bennoo Bokh Yakhaar ? le spleen de tout patriote sincère.

Si et seulement si, les paradigmes de départ qui ont prévalu lors de sa mise sur pied demeurent à savoir mettre en avant l’intérêt Supérieur de la nation, le bon sens et le réalisme politique (seuls les grands ensembles peuvent porter les politiques dans nos pays fragilisés), le devoir impérieux de faire front commun contre la mort programmée, en filigrane dans les actes et discours de certaines forces en lice, de la République laïque et démocratique et la substitution de celle-ci par un monstre politico-social et par ricochet judiciaire, à plusieurs visages, le Bénnoo doit survivre, transcender 2024 et conduire le Sénégal à l’échéance 2035, date butoir du PSE et pour l’émergence promise. Le contexte d’alors n’a pas changé sinon qu’il convoque plus de périls extérieurs et de convoitises internes acerbes avec la baraka/malédiction inhérente à la découverte d’importantes Ressources pétrolières et gazières et minières.

Aussi toute intervention scientifique, de nos intellectuels souvent sollicités pour éclairages, requiert tempérance, équilibre, détachement de tout positionnement partisan, une prise en compte du contexte pour une chute qui aille dans le sens de l’intérêt supérieur du pays, son progrès, son unité et sa stabilité. L’éclatement du Bennoo en mille morceaux peut donner satisfaction éphémère et illusoire à une frange minoritaire mais n‘augure rien de bon pour le pays. A contrario il est plus souhaitable pour le pays sa consolidation et une puissance phagocytant toutes les composantes la grande mouvance présidentielle. Ce serait une expérience apprenante, intelligente et exaltante de gestion de la diversité dans l’unité qui donnerait une autre dimension à la spécificité Sénégalaise. Le bilan élogieux du Président de la coalition serait sans le bouclier du Bennoo.

Le professeur Maurice Soudieck Dionne prédit sans précaution scientifique aucune, que Bennoo bokh Yakhaar va éclater en mille morceaux, on peut le lui concéder c’est une probabilité, mais en tant qu’homme de l’art il doit savoir que la science politique n’obéit pas à un raisonnement cartésien moins encore à toutes formes de divination. La politique est un jeu d’intérêts où l’enjeu national, la culture et la praxis des acteurs, l’offre programmatique et enfin la géopolitique, influent sur le cours des choses mais aussi et déterminent toute fin. A cet effet plusieurs raisons me poussent encore à croire que si le noyau dur du Bennoo fait encore preuve de lucidité, de sagesse, de respect mutuel, de dépassement, d’amour de ce pays et de lecture correcte de la géopolitique sous- régionale et internationale, grosse de périls, l’attelage doit rester même si des changements sont vivement souhaités par l’électorat en particulier et le peuple en général, au plan institutionnel, des hommes et des appareils politiques qui le composent. Les éléments qui justifient un tel postulat sont nombreux et constituent un patrimoine commun :

* l’expérience commune de gestion de l’Etat

* la vision commune (un Sénégal émergent) et un programme commun déroulé( le PSE),

* le bilan élogieux commun,

* la victoire commune.

* le même combat politique pour la préservation de la République démocratique et laique face aux menaces de retour l’Etat archaïque, à l’autoritarisme, à l’extrémisme religieux et au nationalisme étroit.

Bien sûr dans ce contexte d’euphorie, de pressions et de surenchères post électorales, de revendications de tous ordres, l’exercice ne sera pas aisé pour le Président de la coalition qui s’est renforcée considérablement par d’autres partis politiques, Mouvements et identités remarquables , à l’approche des Elections Présidentielles. A mon humble avis il lui sera impossible de satisfaire tout le Monde, dans ce mandat de 5ans. Aussi doit-il faire le choix douloureux entre la récompense des responsables politiques ou la satisfaction des doléances de survie des populations des localités d’où sont issus ces Responsables, c’est là un choix incontournable au regard des signaux envoyés par les différentes communautés, les différentes localités. Afin de mobiliser plus de ressources en direction de cette forte demande sociale et d’ avoir d’autres possibilités de récompenser les nouveaux venus qui lui ont apporté de la valeur ajoutée, il lui sera impératif de faire un autre choix aussi douloureux de restructuration et de redistribution des cartes qu’il ne peut opérer aussi facilement qu’au sein de son parti et de ses celluloses, d’autant que ceux-ci n’ont réussi qu’à lui donner des soucis partout et parfois à importuner les Alliés. S’il réussit cette négociation assez périlleuse, avec les acteurs de tout bord ( APR et Macky 2012, Alliés traditionnels, nouveaux venus) Bénnoo Bokh Yakhaar peut survivre jusqu’en 2035. A l’analyse de la typologie des acteurs en vue et de la topographie politique, c’est la seule voie de salut pour notre pays.

L’horizon de 2024 est certes un obstacle majeur mais non insurmontable par un génie politique éprouvé, dépassionné. Ce pendant bien qu’étant une question à prendre à bras le corps par toutes les parties prenantes du Bennoo, en leur sein puis au sein de Bennoo puis de la mouvance le moment n’est pas encore opportun pour l’incrire dans l’ Agenda de la coalition, il faut attendre début 2022 au moins. Il faudra l’aborder avec lucidité, intelligence, esprit de dépassement de certains clivages socio- politiques de chapelles, d’humilité et d’abnégation. En tout état de cause il serait suicidaire pour la coalition d’inscrire cette question dans son Agenda, en ce début de mandat, car ni le contexte politique national, ni la géopolitique ou les urgences sociales, n’invitent à de tels errements.

En conclusion contrairement à ce que prédisent beaucoup d’observateurs qui ne manquent pas d’intérêt de voir la coalition du Bennoo voler en éclats, je trouve que malgré les difficultés inhérentes au contexte, somme toute réelles et l’ évidence d’une nécessité de recomposition politique, au nom de la stabilité du pays, de la paix civile , du progrès économique social, les forces qui composent le Bennoo, la mouvance présidentielle consolidant, doivent trouver les moyens éthiques et les ressources morales en leur sein pour arriver à un pacte de stabilité et de croissance économique au profit du peuple Sénégalais qui n’a que trop souffert des zizanies politiciennes et d’un démocratisme éculé. Pour ce faire le Président doit réussir le pari de la redistribution des cartes tout en privilégiant la prise en charge des préoccupations des populations des localités plutôt que celles individuelles des Responsables politiques et ceci après cartographie, identification et programmation des besoins. Tout bon responsable doit être comblé s’il apporte des solutions aux problèmes de sa communauté, même si la promotion individuelle ne suivait pas, c’est de là ou la politique tire sa noblesse..

Walmaakh Ndiaye Observateur politique

Dernières publications