L’insécurité institutionnalisée du Sénégal…

Je me demande quand est-ce qu’on se fera l’honnêteté mutuelle (un indicateur d’une société polissée et organisée !) de poser le débat sur l’insécurité intégrale au Sénégal. Une insécurité on ne peut plus bureaucratisée devenue la norme et la quotidienneté. Personne n’est en sécurité au Sénégal, à part les gradés de la sécurité, leurs supérieurs civils et leurs familles et affaires. Mais aussi leurs clients de la notabilité nationale. Les chancelleries étrangères et les organismes ayant importé leur personnel ont conscience de cette insécurité intégrale si bien qu’ils importent également tout ou partie de leur personnel sécuritaire ; à défaut ils brassent sans retenu dans le personnel des compagnies privées de sécurité. La France a sa base militaire qui protège ses concitoyens et son personnel civil et militaire présent au Sénégal. Les accords militaires ave notre gouvernement permettent à nos hauts dirigeants également de bénéficier de la sécurité française sur notre sol. Il faut reconnaître que parfois comme lors de l’incendie du marché Sandaga ou d’hôtels de la petite côte, on fait en sorte de penser au petit peuple. Les risques de perte en image et en apports de capitaux sont assez importants pour le gouvernement en de pareils occasions pour motiver une exception de cett nature. Que voulez-vous ?

Leurs fortunes et leurs familles étant à l’abri quoi qu’il arrive, ici, dans des zones d’habitation assainies et sécurisées, ou à l’étranger, ils s’en fichent de la sécurité nationale, celle de chaque citoyen et de ses biens et siens, mais aussi la sécurité de l’État (notre balance des paiements, notre capital foncier, notre industrie, notre système éducatif, nos frontières, notre flore et faune, nos rues, notre façade maritime, nos inventions artistiques et artisanales, etc., ).

Qui a vu des résultats d’enquêtes publiés concernant des affaires comme celle des enlèvements d’enfants et de fillettes, celle de la longue série d’adultes égorgés, de sacrifices humains ?

Qui a vu mis à la disposition des citoyens des statistiques fiables et mises à jour sur les flux de personnes, les entrées, sorties et établissements durables ou temporaires de personnes dans notre pays ?

Qui a vu les résultats d’une enquête exhaustive publiés concernant le pillage de la façade maritime, le déboisement du littoral et des forêts continentales, la question du foncier et de l’habitat, surtout la responsabilité des collectivités locales ?

Qui a vu ces questions faire l’objet de débats publics informés, citoyens, inclusifs, et de mesures concrètes par une seule institution de la République depuis au moins une décennie, qu’il s’agisse du niveau national ou au plan national ?

On parle de tout sauf de ce qui tue les Sénégalais et le Sénégal à petit feu : budget de l’État, fonds politiques, élections, querelles politiciennes, aide publique, emprunt obligataire, endettement, grèves syndicales, frasques et bisbilles au sein de l’élite et de la jet-set, loisirs, sports, bourses militantes (que l’on ose appeller “familiales”), Diamcity, éléphants blancs, nouvelles cités des affaires, rénovation de buildings administratifs, indemnités et privilèges pour les fonctions dignes (y en a-t-il quelques qui soient indignes ?), mais on ne dit jamais comment tout cela se fait, ni pourquoi ni quelles conséquences cela a et aura sur le bien-être présent et futur des Sénégalais, bref sur leur destin à moyen et long termes : leur sécurité tout simplement !

Pourtant les effectifs de la fonction publique ont gonflé tendanciellement ces dernières années, ceux de la politice, de la gendarmerie, de la douane ne sont pas en reste, secteurs dans lesquels on se glorifie à chaque 8 mars de la présence honorable et grandissante des femmes. Des agences et de nouvelles directions ont été mises en place accompagnant la hausse du nombre de ministères, de projets et de programmes gouvernementaux nationaux et locaux. l’État s’étend, sa bureaucratie s’étire, ses dépenses sont constamment en hausse, ses équipements (surtout le mobilier de ses agents) sont fréquemment renouvelés, la police, la gendarmerie, et l’armée nous impressionnent chaque 4 avril avec leurs arsenaux, c’est tout comme lors des évènements religieux (pèlerinages musulmans et chrétiens dans les cités religieuses) le gouvernement tenant à s’assurer de la bénédiction ou de l’indifférence des centres d’autorité religieuses en étalant un dispositif impressionnant de sécurité civile et militaire. Mais hélas, heureusement doivent se dire sous entre quatre murs nos dirigeant.

Malgré tout notre pays demeure grand ouvert, comme une île hawaïenne, à toutes aventures et toutes tendances; la société n’en demeure pas moins assaillie et décimée par le crime, le meurtre, la précarité, le vice, l’infantilisme, l’ignorance, la superstition, la sous-alimentation, l’incertitude, la peur, bref l’insécurité dans toutes ses formes imaginables.

Ce peuple a beau affectionner le suffrage universel mais il ne saurait s’imaginer mature, la maturité démocratique étant le quotient positif du rapport entre la reddition des obligations et le recouvrement des droits et libertés. Il n’y a guère de maturité pour un enfant qui ne grandit pas faute de pain, de santé, d’instruction, de tranquillité, de minimum de certitude pour le lendemain, ni pour un enfant qui manque d’aire de jeu et de tranquilité pour passer les rites de l’enfance et de la jeunesse sans craindre pour sa vie. Cet enfant n’est autre que ce peuple qui rigole et criaille au beau milieu de l’insécurité intégrale, pis, avec autant d’innocence si ce n’est de la résignation.

Aboubakr Tandia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications