On ne lâche RIEN !

À présent que la poussière criminelle recouvrant le cirque électoral se dissipe, je crois qu’il est temps de vous livrer le fond de ma pensée sur cette non-election présidentielle, le moment politique le plus bizarroïde, en vérité criminel, de notre histoire politique. Le 24 février devait être une journée à l’honneur de nos aspirations démocratiques. Ce fut le triomphe d’un gargantualisme diaboliquement revêtu d’une toge politicienne en vue de tromper son monde pour imposer son leadership rejeté, détesté, honni.
Manifestement, ce ne fut pas une élection. Reconnaître les “résultats cuisinés” qui en ont “émergé”, produit de malversations politiciennes indignes des pires républiques bananières, c’est insulter la mémoire institutionnelle très riche, démocratique et regardante de notre pays.
Puisqu’il n’y a pas eu élection, ce n’est pas donc hasard si, jouant au magnanime, celui qui a été, disons, sélectionné, a trahi ses sentiments authentiques en admettant, de son propre aveu, qu’il n’y a eu ni vaincu ni vainqueur. Dans les urnes, aurait-il dû ajouter. Car défaite lourde, il y a eu: elle a été conceptuelle, et la victime de cette débâcle ne fut autre qu’un certain Mickey, sonné par son rejet brutal, proche du dépit, des cœurs et esprits sénégalais.
Comme l’atteste, depuis lors, l’atmosphère de deuil, ce sentiment de malheur national, accentué par un ressort cassé et l’attente d’un impossible miracle. Dans le pays entier, c’est un pesant mal-être qui prévaut. Les gens sont d’autant plus dégoûtés qu’un rideau de fer médiocre s’est abattu sur une nation naguère enthousiaste, gouailleuse, intelligente. Désormais, on ne parle plus que de ce début d’une culture ambiante de la peur, l’émergence d’une tristounette chasse aux sorcières, la naissance, par césarienne, d’une autocratie, d’une molle dictature. Mais ces dérives perceptibles et encouragées par des pupilles ragaillardies d’un régime moribond n’ont pas vocation à prospérer sur nos terres. Leur vif rejet par les électeurs et les élites, la peur des diplomates et partenaires du Sénégal de les valider, sont la preuve qu’ils n’ont pas d’avenir ici…
Maintenons donc la pression intellectuelle. Au nom de notre devoir patriotique de sauver l’âme et les biens de notre nation. D’en éloigner les vauriens et vautours qui la sucent.

Lâcher prise, baisser pavillon, se laisser piéger dans un quelconque dealogue, participer à l’ambiance capitularde et à celle des pardons illégaux, au nom d’une nouvelle culture du blanchiment politique, financier et carcéral, c’est faciliter la vie aux prédateurs de nos biens, deniers, ressources naturelles et capital social dont notre démocratie.
Ne soyons pas les béquilles de l’illégitimité émergente.
Avec courage, principe et rigueur, debout, tous ensemble, notre mission n’est pas de quitter le terrain d’un jeu sans fair-play mais d’y remettre, en les renforçant, les valeurs et vertus justifiant la spécificité sénégalaise depuis la nuit des temps. Quand notre pays était envié de tous meme au delà de l’Afrique.

On ne lâche rien. Notre combat a été efficace. Par millions, le peuple est sorti dans la rue à Touba, Dakar, Tivaouane, Thies, Ziguinchor, et ailleurs, pour dire son ras-le-bol. Malgré les magouilles et achats de vote, et en dépit des connivences des observateurs et instances électoraux ou judiciaires, tout le monde sait. Le pays a parlé ! Sa voix a fait bouger les lignes, notamment par la tecHTonique des plaques numériques et dans tous les foyers du pays, dans la diaspora et la communauté internationale.
La pire des tentations qui nous guette, c’est d’avaliser la stratégie de l’écœurement. Comme si en face, se trouve un lion rouge rugissant. Alors qu’il s’agit d’un lion en carton…

Que Macky Sall le sache: le plus dur commence ! Teigneux, déterminés, nous sommes. Héritiers d’un pays et d’un peuple allergiques aux petitesses…

Ps: Dans la médiocrité si propre aux Aperiens, cette mendicité pour des félicitations indues, immérités, en dit long. Ils parlent dans leur langue vide de manque d’élégance: nullité totale, comme d’habitude !
On les zappent et on reprend la lutte. Ils ont peur de leur ombre surtout que le pays est devenu sur tous les fronts un PSE aux pieds d’argile…Le Sénégal en meurt de honte. Les têtes sont ailleurs, engourdies, pas à la fête. C’était le Mackyllage démasqué ! Qui osera être à ses côtés au nom d’un dialogue national, d’une fausse investiture, d’une quelconque célébration. La peste que j’avais diagnostiquée en 2012 est devenue un pestiféré ! Honte à lui. Pauvre de nous. Au secours Dieu, le Sénégal est en mode: Sandrine !

PS: Debout et prêt à affronter quelques macoutes tropicaux au service de Bébé Doc !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *