Pastef au plafond de verre

« Ousmane Sonko, qui a bénéficié d’un vote antisystème et contestataire, a atteint le plafond de verre », a dit Ismaila Madior Fall. Ceci, à défaut de ravir les militants de Pastef, doit les interpeller et les pousser à questionner leur avenir politique, sans complaisance, sans euphorie. Ils parlent de préférence nationale, de justice fiscale et d’égalité devant la loi. C’est leur marque originale, c’est leur orientation politique.
Deux menaces les guettent, cependant : un cantonnement dans un rôle avant-gardiste, à l’image des anciens partis d’extrême gauche et la reprise du discours antisystème par des formations nouvelles ou jusque-là au plancher des vaches. Ce dernier cas de figure risque de banaliser la posture nationaliste et réformatrice. Le premier tend à réduire la sphère d’influence à la seule classe « assimilationniste et ardente » des bienpensants.

Birame Waltacko Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *