Pensons au paradoxe qui fonde nos comportements de tous les jours.

Nous sommes un peuple réputé très croyant, très pratiquant des religions révélées. Ainsi nous passons une bonne partie de notre temps dans les mosquées et les églises, en dévotions de toutes sortes, pour mériter la miséricorde de Dieu. On nous enseigne que Dieu est miséricorde, qu’il est enclin au pardon pour nous, pauvres pécheurs, à condition que nous lui exprimions notre repentir sincère. D’ailleurs, pour obtenir la rémission de nos péchés, nous disposons de toute une panoplie de formules de prières, que nous égrenons avec nos chapelets à tout bout de champ. Mais, tout en nous consacrant une bonne partie de notre temps en palinodies, psalmodies et autres litanies, pour exprimer, avec espoir de rédemption, notre repentance, nous, sénégalais, nous sommes très prompts à vouer aux gémonies nos semblables, coupables seulement d’être différents de nous, de développer des opinions antagonistes aux nôtres, bref, de penser autrement par rapport à nos convictions.

C’est nous qui disons à qui veut l’entendre que la Bible et le Coran s’accordent à recommander de pardonner à ceux qui nous ont fait du tort, si nous voulons que Dieu nous pardonne nos péchés. «Donnez et on vous donnera», «pardonnez et vous serez pardonnés». Voilà des recommandations qui reviennent très souvent dans les prônes de nos prédicateurs. Et nos références qui nous servent de repère et d’exemple se sont signalés de façon remarquable par leur pratique, en tout point conforme à ces principes qu’ils ont d’ailleurs enseignés à leurs disciples. L’exemple le plus frappant est Cheikh Ahmadou Bamba. Pendant un peu moins de huit ans, ses persécuteurs lui en fait voir de toutes les couleurs. Pourtant, aussitôt de retour d’Exil, c’est ce Cheikh Ahmadou Bamba qui a clamé «Haafawhou anil ahdaahi tourrran li wadj-hi man nafaahoum li hayrii sarmadan lastou sarmadan». En clair, loin de penser à la vengeance ou aux règlements de compte, il accordait ainsi son pardon à ses tous ses tortionnaires.

Cette capacité de dépassement, ce grand cœur capable de pardonner, cette générosité constructive, sont le signe distinctif des grands hommes dont le nom resplendira à jamais dans la mémoire de leurs semblables. Pensons à Nelson Mandela qui a passé plus d’un quart de siècle dans les geôles de l’Apartheid, mais qui a eu l’intelligence et la grandeur de tourner la page pour donner le branle à la construction de la «Nation Arc-en-ciel».

Na gnou tchi bayi khél! Ne condamnons jamais définitivement nos semblables car Dieu ne nous rejette pas sans appel, quelle que soit la gravité de nos péchés. Accordons une chance de rédemption à ceux de nos semblables qui ont certes fauté, mais qui expriment leur repentir et leur volonté de désormais «changer le fusil d’épaule».

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *