CRÉER DES COOPÉRATIVES EN AFRIQUE : LA SEULE SOLUTION POUR RENVERSER LEUR SYSTÈME !

Je ne suis pas “8 mars” du tout, mais alors vraiment pas, j’ai plutôt tendance à disparaître jusqu’à ce que cette date passe, une date devenue une véritable mascarade pleine de folklore, cette journée “des faaaames” d’où leurs droits ont complètement disparu…
Je préfère encore fêter le 7 Mars le Talaatay Nder de nos valeureuses héroïnes qui se sont immolées pour ne pas subir l’esclavage !
Bref !

Mais la semaine dernière, j’ai répondu présente à ma sœur de valeur @Coumba Touré, qu’on ne présente plus, j’ai été honorée comme “Géante invisible”, un programme que nous avions mis en place ensemble en 2015 ! L’arroseuse arrosée, lol

J’étais très heureuse d’être là, car des femmes plus que valeureuses étaient là aussi, j’en ai vraiment adoré une en particulier, BINTA SARR, une Kaolackoise qui a abandonné une grande carrière d’ingénieure pour travailler modestement la terre avec des communautés de femmes et mettre en place coopératives, mutuelles, même une banque, etc… Cette femme m’a plus qu’impressionnée… Un travail de dingue !

Depuis 2017, je suis persuadée que les coopératives sont une voie de salut pour l’Afrique, j’en ai parlé lors de conférences en Martinique, j’en ai parlé lors du Konvwa au Sénégal en 2018 ou plus de 100 afrodescendants étaient venus…Mais le clou, c’est quand j’ai été primée au Pays Basque Espagnol (vous connaissez les indépendantistes Basques côté français et espagnol, l’ETA, etc…bref), à Pampelune, j’ai vu un peuple fier et indépendant, ils m’ont parlé de leurs innombrables coopératives qui régissent TOUT dans leur vie où très peu de multinationales sont, Il parait que c’est une discipline enseignée dans leurs 3 universités pour une ville de 300 000 personnes seulement. Leur banque Laboral Kutxa créée par 90.000 personnes organisées en coopératives soutient ce prix de la solidarité depuis 17 ans et que 4 africaines se sont partagé cette année .
Et le PDG de cette banque, lors d’un déjeuner, me dit une chose d’une pertinence redoutable et qui m’a marquée :”Vous luttez contre le néocolonialisme, mais que mettrez-vous à sa place quand il tombera ?” et Il assène : “On ne peut pas remplacer un système par RIEN”.

Donc préparons l'”après-système”, créons des COOPÉRATIVES PARTOUT ET POUR TOUT !

Tous les secteurs et tous les métiers peuvent être concernés : agriculture, menuiserie, marchés, textiles, banques, etc…

Remplaçons le système dès à présent, soyons solidaires et cela l’aidera à tomber

Mame Hulo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *