Dialogue national et Réforme électorale ?

L’appel au dialogue national lancé par le Président de la République a suscité des réactions diverses allant de l’adhésion totale et sans condition au refus systématique en passant par des conditions relatives le plus souvent à des considérations crypto-partisanes.

Il est vrai que chaque fois que notre pays a été confronté à une crise identitaire, des initiatives ont été prises allant dans le sens du rapprochement des positions tranchées pour sauvegarder notre « commun désir de vivre ensemble »
Cette veille d’élection avec des résultats vivement contestés avant même l’organisation du scrutin en raison de l’élimination des candidats les plus compétitifs au moyen du bras armé de la justice ou d’une procédure nébuleuse de sélection des candidats à travers une procédure controversée de parrainage décriée par l’ensemble de la classe politique, a installé notre pays dans un climat de torpeur grosse de tous les dangers. La victoire « éclatante » de Macky Sall a un goût d’inachevé.
Le Président nouvellement réélu avec une « majorité » ‘’confortable‘’ de 58% a certainement compris l’urgence de pacifier le climat social en lançant l’idée d’un dialogue national dès les heures qui ont suivi la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel. Un Conseil constitutionnel fortement discrédité par l’opposition qui malgré le rejet des résultats provisoires, s’est abstenu de le saisir de tout recours, comme pour punir et humilier cette institution au motif de sa totale soumission au Chef de l’Etat. Une gifle retentissante pour cette institution pourtant l’une des plus prestigieuses de notre architecture étatique, qui incarne la Justice au plus haut degré !

« lu naar bu ndaw bi wax, ci berkeelee bi la ko jëlee »
C’est connu de tous, les lendemains d’élection victorieuse sont porteurs de bonheur. La majorité présidentielle entend tirer un profit maximum du contexte de victoire pour assurer un quinquennat paisible et c’est la nouvelle alliée transhumante qui est mandatée pour lancer le ballon de sonde pour une dissolution anticipée de l’assemblée nationale qui permettrait de renouveler la majorité à l’assemblée nationale et éviter toute probabilité de cohabitation dans 2 ans. Une telle proposition émanant des responsables de l’APR serait en effet louche et la supercherie évidente serait vite éventrée. Aissata est donc envoyée au charbon pour vendre la marchandise pourrie ; piège dans lequel certains opposants sont tombés tête baissée, pensant prendre bien vite leur revanche sur l’élection présidentielle. Quelle naïveté ?? Ils oublient que les mêmes causes produiront les mêmes effets. Qu’elle est l’opportunité politique de dissoudre une assemblée nationale déjà acquise au Pouvoir ? Les calculs politiciens semblent avoir de beaux jours.

Je disais donc que le vague appel au dialogue dont les contours seront définis par le Chef de l’Etat au lendemain de sa prestation de serment ne peut avoir pour finalités ni de trouver des compromis pour modifier le calendrier républicain, ni de colmater un processus électoral fondamentalement corrompu, ni d’adoucir les modalités du parrainage comme lui-même le suggère, encore moins « d’amnistier » Karim Wade ou de « gracier » Khalifa Sall, tous deux sacrifiés par une justice aux ordres sur l’autel d’un second mandat aux forceps. Les enjeux d’une refondation de notre démocratie et de notre état de droit dépassent les intérêts de l’un et l’autre. Les tribunaux internationaux ont largement prouvé que la CREI est un tribunal politique manipulé contre Karim Wade qui, par ailleurs, n’est pas demandeur d’une quelconque amnistie, car injustement condamné pour des faits non avérés. L’opinion nationale est unanimement convaincue que Khalifa a été condamné pour empêcher sa candidature. Cette injustice du Roi, il la subit depuis 2 ans, dans une totale dignité et un stoïcisme remarquables qui forcent le respect.
Khalifa doit être libéré ainsi que tous les détenus politiques karimistes et Karim doit rentrer au bercail, EPICETOU. Et le jeu démocratique de reprendre son cours normal.
Déverrouiller un système électoral piégé ?

Les enjeux sont donc ailleurs. Ils ne sont certainement pas pour une remise en cause de l’offre programmatique sur la base de laquelle Macky Sall a été élu. Non ! Mais, ils sont pour une réforme en profondeur de notre système électoral, en particulier la CENA démissionnaire qui a montré toutes ses limites et qui doit certainement muer en un organe indépendant chargé de l’organisation des élections, ils sont pour une réforme en profondeur de notre système judiciaire malade, ils sont pour les conditions pour une paix durable et la stabilité de notre pays et ils sont enfin pour un CONSENSUS ELECTORAL NATIONAL pour un processus électoral transparent suite à l’accouchement douloureux d’un second mandat a généré indubitablement des lignes de césure politique profonde que nous devons prendre en charge au plus vite.
Le processus qui a permis l’élection du Président Macky Sall a consacré l’élimination de 2 des candidats les plus sérieux à travers le bras armé d’une justice aux ordres et la modification unilatérale du code électoral, le tamisage d’une vingtaine d’autres candidats par le biais d’un système inique de parrainage, une gestion opaque et frauduleuse du fichier électoral et de la carte électorale, la ‘‘prolongation exceptionnelle’’ du mandat des acteurs clés du processus électoral (CENA, DAF, Juges électoraux) et le tout couronné par une répression systématique de toute velléité de manifestation de l’opposition et du peuple. C’est un tel contexte qui avait motivé le Président Abdoulaye Wade à s’opposer à l’organisation d’une élection truquée. Nulle surprise dès lors que l’opposition refuse de féliciter le président élu conformément à une tradition républicaine établie depuis l’élection de 2000.
Pour cette élection, notre pays a échappé in extrémis à des soubresauts postélectoraux dommageables. En sera-t-il de même la prochaine fois ? Le président en prendra t-il le risque ?

Plus qu’un dialogue, nous avons besoin d’un NDEUP politique pour asseoir les bases consensuelles de réforme en profondeur de notre système électoral dont la stabilisation sera seule garante d’une paix et d’une stabilité politique durables.
Le Président Macky Sall élu pour un second mandat de 5 ans après un premier mandat douloureux de 7 ans a le choix entre une rédemption qui lui permettrait d’inscrire son nom au panthéon des figures de Gloire de la Nation ou de continuer dans les petites combines politiciennes qui le voueraient dans les poubelles de l’histoire. Le chemin de l’honneur est pourtant tout tracé dans les fondamentaux de « yonnu yokuté » qui avait fait tant rêver les sénégalais. Et s’il se décidait de revisiter ce programme à l’aube de ce second mandant?

Si une certaine opposition s’est empressée de répondre positivement de manière spontanée à l’appel au dialogue lancée par le Chef de l’Etat au lendemain de sa réélection, espérant certainement une transhumance « soft » par ce biais, nous restons sereins et attentifs aux termes dudit dialogue qui ne saurait être un complot sur le dos du peuple sénégalais, et le Parti démocratique sénégalais se décidera en conséquence, avec en ligne de mire les fondamentaux qui ont fait le socle de son combat depuis un demi-siècle maintenant: l’approfondissement de la démocratie, la paix sociale et le développement de notre pays. Nous continuerons d’assumer ce combat, dans la trajectoire de l’héritage de notre leader, Me Abdoulaye Wade.

Dr Cheikh DIENG
Maire Djida Thiaroye Kao
Membre du Comité Directeur
Secrétaire National Chargé des Elections du PDS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications