Honneur à cette association qui s’occupe de l’enterrement des morts inconnus au Sénégal.

On nous parle de 26 morts dont deux bébés depuis l’hôpital Le Dantec. Que Dieu les accueils au Paradis.

Je n’aurai jamais pensé dans notre Sénégal que des gens pouvaient être si seul jusqu’à mourir dans l’anonymat. Est-ce des sénégalais ou des étrangers qui vivaient parmi nous ? Peu importe. C’est des humains parmi nous.

Je crois que l’individualisme est en train de bien se développer au Sénégal. Ce n’est plus comme avant. Le monde est de plus en plus dur et sans pitié. Certaines valeurs comme la Téranga, la solidarité semblent disparaitre face aux exigences de survie de la vie. Quelle importance donnons-nous aujourd’hui aux personnes avec qui on a des liens de parentés ?

Ce n’est déjà pas évident de s’en sortir même seul, de se construire seul tellement les besoins ont augmenté et les moyens ont très peu suivi. Chacun lutte pour sa propre survie. On a l’impression souvent que la moindre petit faux pas, on tombe par terre sans jamais pouvoir se relever. Le monde de la consommation sauvage, du capitalisme sauvage, des spéculations est en train de pervertir bien des peuples avec la perte des valeurs, d’une partie de notre humanité notamment dans les pauvres comme le Sénégal.

Je retiens juste que nous devons être plus responsables, plus exigeant vis-à-vis de nous-mêmes sachant que le monde a changé. Pensons bien à nos enfants et à leurs futurs.

Moussa Niang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *