Pur byzantinisme

Le 31 décembre 2018, après avoir délivré son traditionnel message à la Nation, le Président Macky Sall avait reçu la presse au Palais. Et là, à la face du monde, il avait dit que la Constitution telle qu’elle était rédigée, excluait la possibilité de faire plus de deux mandats consécutifs. Cela me semble clair : Macky Sall sait qu’il ne peut pas briguer un troisième mandat en 2024. Et, depuis qu’il a été proclamé vainqueur de la consultation électorale du 24 février dernier, nul ne peut affirmer qu’il a, personnellement, dit ou fait quoi que ce soit, qui puisse être interprété comme une tentative de rétro-pédaler. Tout juste que dans son entourage, quelques «requins» mal inspirés grenouillent, fort malencontreusement au demeurant, pour agiter la possibilité d’un troisième mandat. Mais je crois que ce débat est clos car le Ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall, celui qu’on considère comme son âme damnée et auquel on colle d’ailleurs le sobriquet peu flatteur de «tailleur constitutionnel», interprétant la Constitution, a dit clairement que ce deuxième mandat est le dernier, de Macky Sall.

N’empêche que bon nombre de compatriotes, «échaudés» par une certaine jurisprudence adossée sur de nombreux cas de reniement d’engagement pris vis-à-vis de la Nation, soupçonnent le Président Macky Sall de nous préparer un nouveau Coup de Jarnac.

C’est possible. Mais moi, je me dis que la tentative de Abdoulaye Wade de briguer un mandat de trop, est quand même très fraiche dans nos mémoires. Et je suis persuadé que Macky Sall sait tout de même qu’il n’a pas, loin s’en faut, le charisme de Wade! Il sait donc qu’il ne pourra pas imposer au peuple sénégalais ce que son prédécesseur n’a pas réussi à obtenir.

À ce qu’il me semble donc, se passionner pour un tel débat, relève du pur byzantinisme. L’heure est plutôt à la remise du pays au travail. Nous avons perdu comme ça assez de temps en palabres et manœuvres politiques en tout genre, depuis le référendum. Le moment venu, si la situation le demande, le peuple sénégalais saura faire face, comme il l’a toujours fait, quand c’était nécessaire.

Pour l’instant, employons-nous, chacun à son niveau, à remettre le pays au travail, dans un esprit citoyen, en mettant en avant responsabilité et civisme.

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *