Les lamentations et l’opportunisme ne peuvent rien contre la violence et la haine de l’autre

C’est bien de dénoncer le crime et la violence d’où qu’ils sont, mais ce serait ridicule de croire que les auteurs présumés de la fusillade de la Nouvelle Zélande sont barbares et ignorants. C’est comme dire que les états majors saoudiens, américain et israélien sont remplis de barbares et d’ignorants.

Les attaques qualifiées de “terroristes” sont le fait de groupes d’individus entraînés et formés qui agissent conformément à des idéologies et au nom d’idéaux qu’ils croient justes et réalisables, voire vitaux.
La question est de savoir dans le cas néo-zélandais pourquoi y a-t-il des groupes qui n’imaginent pas leur nation avec l’islam et les musulmans ou les migrants ? Même si beaucoup de citoyens de certains pays et leurs chefs d’État ou de gouvernement se sont précipitamment joints (par pure politique) à la vague d’indignation habituelle à laquelle souvent aucune mesure concrète ne succède, cette question se pose à eux et partout dans le monde. Et on sait que la tendance générale c’est un refus d’avouer la réponse simple et pratique que l’on y a apportée : il est plus facile et plus politiquement commode de dénoncer la violence et la barbarie d’individus issus de l’école publique et parfois de l’armée que d’abroger, réviser ou adopter des lois et des mesures politiques qui :

1 corrigeront les inégalités macroéconomiques planétaires qui jettent des millions de migrants sur le chemin de l’exil dans des pays où ils ne seront jamais acceptés et protégés

2 corrigeront les programmes scolaires et universitaires ainsi que les protocoles bureaucratiques et artistiques à travers lesquels les différences raciales, la haine et la peur de l’étranger, de l’immigré, sont savamment et insidieusement entretenues.

3 de traiter les causes profondes de la violence et de la haine sous le prétexte de la différence : échec politique et économique des gouvernements et des dirigeants du monde, néolibéralisme débridée, capitalisme déshumanisant. Le tout sur fond de démolissement des structures de l’instruction et de l’éducation (famille, classes d’âge, rites d’initiation, quartier, école, université).

Le terrorisme ou ce qui en tient lieu n’est que la conséquence de cette configuration de désordre avalisé par la malice de ceux qui peuvent, la résignation de ceux qui savent, et la naïveté de ceux qui subissent le pouvoir et le savoir des deux premiers.

Renouer avec le multilatéralisme diplomatique avec une organisation universelle réformée et représentative de toutes les catégories sociales et nationales dans les domaines politique, économique, social, énergétique, culturel, scientifique ;
Démilitariser les nations et désarmer les Etats et les groupes armés.

Tels me semblent constituer les points de bonne politique pour traiter la violence organisée à la source. Et dans ce cas-là le terme de “terrorisme” n’a de sens que comme un épouvantail, à l’image de celui de “démocratie” :les deux ne servent qu’à asservir par le refus de l’inaction de la part des gouvernements du monde.

Aboubakr Tandia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *