QUEL AVENIR POUR NOTRE DÉMOCRATIE

Le projet démocratique en Afrique a beaucoup profité du contexte international d’après-guerre froide. Si le poids des acteurs internes a été important, il faut comprendre que les pressions externes ont grandement contribué à enclencher les libéralisations et les transitions.

Le modèle conçu par Levitsky avec les deux facteurs que sont le linkage et le leverage reflète bien cela. Les liens avec l’Occident et l’effet de levier que ce dernier a utilisé pour promouvoir les démocratisations ont été un élément central du processus. Le changement dans le contexte international, avec la montée de la Chine et d’autres puissances a changé l’agenda des pays occidentaux qui sont entrés dans un processus d’équilibrage économique et stratégique face à Pekin.

Ainsi, l’effet de levier qui appuyait les processus de démocratisation a perdu de sa force. Sur un autre plan, la diversification des partenariats économiques a dilué l’importance du linkage (lien) avec l’Occident, à travers des rapports dénués de toute conditionalite démocratique ( Chine) ou reposant même sur des transferts des outils et des pratiques autoritaires (Turquie). Dans le cas du Senegal sous Macky Sall, le contexte international, marqué par une France occupé à solidifier son emprise économique sur le continent, les liens avec la Chine qui ont permis d’accéder à des ressources financières libérant le pays de toute conditionalite démocratique, le renforcement des liens avec la Turquie ayant permis la circulation des outils et des pratiques répressives, a constitué une véritable opportunité pour prendre sans aucun risque le virage autoritaire.

Sur le plan interne, l’intensification de la cooptation et de la répression des opposants, dans un contexte social de faible mobilisation populaire qui s’explique par une gauche révolutionnaire vieillissante et une société civile trop embourgeoisée et institutionnalisée ont favorisé l’émergence d’une pratique hégémonique du pouvoir par le régime. Il s’y ajoute une opposition fragmentée dont les liens avec la société civile se sont distendues du fait de l’absence d’un événement aussi rassembleur que les Assises nationales. Ainsi, dans une sorte de “reverse engineering” le président a défait pièce par pièce les éléments du processus électoral qui garantissaient des élections libres et indépendantes, pour construire une véritable machine à “gagner” les élections.

La cooptation s’est aussi manifestée au niveau de l presse qui a défaut d’être ouvertement combattue et réprimée a subi une madiambalisation à outrance. On ne peut alors manquer de s’interroger sur l’avenir de ce qui reste du système démocratique sénégalais, dans un contexte pré-petrogazier, si l’on connaît la corrélation positive entre hydrocarbures et autoritarismes, dans les pays en transition, telle que développée par certains auteurs comme Collier.

Les ressources pétrolières pourraient permettre d’élargir les moyens de la répression et de la cooptation des élites dissidentes, ou de couper toute mobilisation citoyenne à travers des pratiques de distribution de miettes de la rente à des citoyens tellement appauvris qu’ils se suffiront de la graine de riz qu’on leur met à la bouche en oubliant le bol qu’on leur a subtilisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *