BRENDAN TARRANT ET L’OBSESSION DE LA NATALITÉ

J’ai parcouru rapidement le manifeste du tueur de Nouvelle-Zélande, Brendan Tarrant, intitulé “The Great Replacement” (“Le grand remplacement”).

L’auteur est un homme dont la vision du monde est toute tranchée : une perception essentialiste de l’altérité et une bichromie raciale fondée sur la différence entre ceux qu’il appelle “whites” et les autres, les “non-whites”.

C’est simple pour lui : les non-whites menacent l’existence des whites auxquels il s’identifie.

Tarrant sort tout un tas de statistiques pour montrer que les whites, qui pour lui ne se reproduisent plus vraiment, vont disparaître.

Les non-whites sont définis ainsi : des gens “issus d’une culture avec des taux de fécondité élevés, une sociabilité accrue, ayant des traditions fortes et cherchant à occuper les terres de mon peuple et à remplacer ethniquement mon peuple”.

Tarrant est un obsédé de la natalité. “Les taux de naissance doivent changer”, lance-t-il aux whites. “Chaque jour nous devenons moins nombreux, nous vieillissons et nous devenons plus faibles”. Il faut, selon lui, pour inverser la courbe, un taux de natalité de 2,06 naissances par femme white, sinon ce sera “l’effondrement et la disparition”.

Tarrant est dans une sorte de paranoïa qui ne lui fait voir que des menaces de la part des non-whites qui veulent, selon lui, sa disparition et celle des “siens”.

Il est persuadé qu’il se bat contre une “force d’occupation”. Aussi va-t-il plaider non-coupable en cas de procès, écrit-il dans son manifeste.

L’idéologie du “grand remplacement” théorisée par le Français Renaud Camus lui sert de “carburant”, bien qu’il s’identifie sur le plan politique au fasciste britannique Oswald Mosley. Il adule trump comme symbole de la “white identity” et ne perçoit pas comme ennemi le Juif d’Israël. Il dit aussi subir l’influence de l’Américaine Candace Owens.

Il est triste que la France qui a pourtant donné de grands penseurs humanistes, soit aussi la terre où vit des intellectuels auxquels s’identifient souvent les idéologues de la “race” et les partisans d’un nationalisme étriqué.

L’anthropologue Paul Broca, polygéniste affirmé, a exercé une influence certaine sur Faidherbe. Hitler a subi l’influence du compte Arthur de Gobineau, le théoricien de l’inégalités des races et de la pureté du “sang aryen”. Maurice Barbes, Jules Soury sont évoqués par les nationalistes obsédés par la “race”. Le tueur norvégien Anders Behring Breivik a cité nommément Alain Finkielkraut comme source d’inspiration dans son manifeste.

Les “faibles d’esprit” passent à l’action par la puissance de l’idéologie nauséabonde développée par ces intellectuels.

Tant qu’il y aura ces idéologues, les “forces obscures” subsisteront encore longtemps dans ce monde, comme nous le rappelait Cheikh Anta Diop.

Khadim Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications