Pour le bien de la patrie, la sagesse comportementale doit primer sur le ressentiment primaire.

La sagesse la plus élémentaire commande à l’homme de raison de faire des expériences des autres, de leurs erreurs comme de leurs succès, une source d’inspiration pour mieux conduire sa propre vie.

L’expérience a montré que, dans beaucoup de pays africains où on a découvert du pétrole ou du gaz, l’essor économique escompté n’a pas été au rendez-vous. Et ce qui devait être source de prospérité s’est plutôt révélé être une vraie malédiction, un cauchemar. Point n’est besoin d’épiloguer sur tous les malheurs, les catastrophes et calamités qui se sont abattus sur les pays producteurs d’hydrocarbures, pas plus qu’il n’est nécessaire de s’épancher sur les causes et origines des déboires paradoxalement engendrés par la disponibilité de ce qui devait être richesse, donc source de bien-être. Ce sont des questions sur lesquelles beaucoup d’études ont été faites.

Ce qui importe aujourd’hui pour le Sénégal qui va être producteur d’hydrocarbures dans un très proche avenir, c’est de prendre toutes les dispositions pour éviter que ne sévisse chez nous ce qu’on appelle la «malédiction de l’or noir». C’est parfaitement possible, à condition que nous ayons la sagesse de capitaliser sur toute la somme d’expériences enregistrées ailleurs afin d’éviter de refaire les mêmes fautes et erreurs, de tomber dans les mêmes pièges.

Nous avons la chance d’avoir chez nous la matière grise et les compétences qu’il faut pour réussir le challenge de l’exploitation de nos richesses pétrolières, au mieux de nos intérêts nationaux. La seule inquiétude qui m’habite, c’est le climat politique qui prévaut dans le pays et qui, si l’on n’y prend garde, peut être le grand boulevard par lequel tous les aigrefins, prédateurs et autres pilleurs de ressources vont avoir accès à la gestion de nos ressources.

Alors, réfléchissons et réfléchissons bien. Il est salutaire qu’il y ait une opposition pour que la démocratie fonctionne. Il est normal que des citoyens qui estiment avoir les compétences requises entrent en compétition avec les tenants du pouvoir afin de tenter de réaliser une alternance à la tête du pays. Il est même salutaire que les équipes dirigeantes présentes aux commandes de la Nation soient de temps en temps renouvelées pour mettre fin à une certaine sclérose née de la routine dans les méthodes de gestion d’un attelage resté trop longtemps au pouvoir. Cela peut insuffler une nouvelle dynamique de progrès et de rigueur dans la conduite des affaires publiques.

Mais, il y a s’opposer et s’opposer. Oui à une opposition responsable. Une opposition qui combat un système qu’il estime non conforme aux intérêts de la Nation et qui mène son combat sur la base d’un programme bien pensé et en utilisant des méthodes que ne réprouve pas la morale républicaine. Non à une opposition nihiliste dont les arguments épidermiques sont simplement fondés sur la phobie d’une personne. Une telle opposition rejette en bloc, systématiquement, sans logique ni raison, toute idée qui émane de «l’ennemi», simplement parce qu’elle vient de lui. L’intérêt national est le cadet de ses soucis. Seuls lui importent les voies et moyens d’éjecter sa cible du pouvoir, dût-il, pour y arriver, s’allier avec le diable en personne. Les exemples de la Libye de Khadafi et du Nord Mali sont là pour nous édifier amplement sur la question. Nous savons tous comment l’Occident (la France) a exploité les failles créées par les féroces antagonismes entre les parties en lice, pour les dresser les unes contre les autres et, ainsi, avoir l’opportunité de s’engouffrer dans la brèche et de faire main basse sur les richesses de ces contrées.

Alors, moi, je suis de ceux qui croient que, quand l’intérêt supérieur de la Nation le commande, pouvoir et opposition devraient pouvoir se retrouver de façon responsable, républicaine, autours de plages de convergence bien cernées, afin que la chose publique soit gérée de façon inclusive, donc sans qu’il n’y ait aucun exclu. En somme, comme on dit en wolof, kou néékk guiss tchi boppam. La question du pétrole et du gaz me semble suffisamment sérieuse pour que toutes les forces vives de la Nation en discutent de façon responsable. Autrement, nous n’échapperons pas à la malédiction de l’or noir. Et ce sera la faute de tous ces pyromanes et autres boute feu aveuglés par leur aversion irraisonnée pour un homme.

Baye Mansour Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *