Coup de cœur: Nouvelle Zélande…

L’appel du muezzin a été diffusé par hauts parleurs sur l’ensemble de la Nouvelle Zélande, ce vendredi. Dans un pays à dominante non-musulmane, c’est une première historique. Toute la semaine écoulée, la population du pays, sans doute partiellement prise de remords par la montée du racisme en son sein, a multiplié les actes d’empathie envers la communauté islamique minoritaire (50000 personnes sur 5 millions d’habitants) encore sous le choc des tueries qui ont coûté la vie à 50 de ses membres. Un tueur, raciste, originaire de l’Australie, était arrivé, lourdement armé, pour mitrailler des fidèles dans deux mosquées où ils sacrifiaient à la grande prière du vendredi.
Depuis lors, la Nouvelle Zélande est en première ligne dans l’actualité. Certes, on retiendra les morts, les larmes, les peurs, les questionnements sur les causes de cette violence planétaire traversant religions et ethnies qui n’est pas sans remettre au goût du jour la thèse chère à Samuel Huntington : l’avènement, au 21eme siècle, d’un choc des civilisations comme marqueur décisif de notre monde.
N’oublions rien de ces déchirures mais tout de même qui n’a pas été ébloui par les réponses de la Nouvelle Zélande, à commencer par sa première ministre, Jacinda Adern.
Par sa promptitude, sa proactivite, son professionnalisme, elle a montré au monde entier pourquoi son pays est enseigné dans les plus grandes écoles de commerce et leadership comme ayant la meilleure administration sur terre. Aucun amateurisme n’a été noté depuis que l’horreur s’est produite. C’est ainsi que dès qu’elle a appris la nouvelle du Kenya où elle se trouvait à une réunion de l’ONU, elle a aussitôt prouvé qu’elle avait les épaules pour assumer sa charge. D’un, vêtue d’un noir de circonstance, elle a dit que ce qui venait de se passer était l’acte le plus ignoble dans l’histoire de la Nouvelle Zélande. Puis, toujours en tenue de deuil, elle prit l’avion pour rentrer à domicile. Dix heures de vol. Mais toujours la même cohérence. Et les mots justes pour rassurer tous ses compatriotes, en commençant par les musulmans, confortés, réconfortés, sans oublier les autres, invités à se réunir autour des valeurs de la nation. Sans oublier de dire que le tueur n’appartenait pas à cette communauté. Refusant de citer son nom, elle a indiqué comment lutter contre le terrorisme : ne pas lui donner de piédestal ni en faire la publicité en parlant de ses acteurs ou organisations.
Soudain, le monde a donc découvert ce pays paisible de cinq millions d’habitants connu, principalement, jusqu’alors pour son rugby et ses vaches. L’image projetée par sa population, unanime, unie derrière les victimes et la communauté musulmane est certainement due au leadership en action d’une premiere ministre qui ne s’est pas seulement contentée de réthorique: elle a edicte une politique drastique de restriction des ventes d’armes meurtrières, qui entrera en vigueur dans deux semaines, y compris la récupération de celles déjà en circulation. Quelle leçon au monde, notamment à une Amérique où les tueries par armes sont monnaie courante mais prolongée par le refus du lobby des armes opposé à l’interdiction des ventes d’armes.
Le monde entier a vu une grande nation discrète mais un modèle d’efficacité, qui sait se mobiliser autour de ses causes et crises avec un tel élan que même les jeunes écoliers ont su admirablement jouer leur partition dans l’opération de convalescence nationale. Qui n’a pas été séduit par les Hakas, ce cri et ce choeur mahori que les rugbymans néo-zélandais hurlent à leurs adversaires pour les apeurer. Ces jours-ci, il était question de prouver à tous que face à la menace, l’unité de la nation néo-zélandaise, la mieux gérée au monde, n’est pas un vain mot.

Je salue, chaleureusement et chapeau bas, ce pays qui a apporté au monde le plus puissant rayon d’espoir au milieu d’une haine animale qui visait à diviser un peuple remarquable.

Ps: Nouvelle Zélande et Jacinda Ahern méritent le Nobel de la Paix…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *