Prochain gouvernement de tous les dangers

Ça va barder pour Macky Sall. Dans la formation prochaine du gouvernement, il a moult arbitrages à faire. En général, il est établi que 3 critères président au choix des ministres et proches collaborateurs : compétences, circonstances et confiance. Reste à savoir lequel de ceux-ci va primer. Et, c’est à travers la prédominance d’un des trois que le niveau d’organisation politique ainsi que le patriotisme et le sens des responsabilités de l’élu transparaissent.
Entre la conservation de la coalition Benno, la manifestation de gratitude à l’endroit des souteneurs-transgenres à la présidentielle et la juste rétribution de l’engagement des ministres sortants, il y a à moudre du vent et à broyer de l’eau. Le deuxième embarras consiste à opérer la rupture conformément aux promesses de 2012. Sous ce rapport, nous pouvons retenir celle de réduire à 25 le nombre de ministres. Cependant, la non-tenue de cette promesse n’a pas constituée un obstacle à sa réélection et le candidat Macky ne l’a pas renouvelée dernièrement. A ce titre, il peut bel et bien en faire abstraction, à moins que de vouloir redorer le blason pour la postérité.
En outre, la course au leadership ouverte au sein de Benno et d’APR pour la succession constitue un enjeu non-négligeable. Il y a, sans aucun doute, des visées qui se confirment et des clans qui se dessinent. La désignation du premier-ministre sera le premier indicateur sur la neutralité, la volonté de différer les joutes ou la partialité manifeste. Les portefeuilles et leurs contenances et leurs « respectabilités » renseigneront à coup sûr sur les chances des compétiteurs et surtout sur l’éventuel soutien de l’apériste en chef.

Waltako

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *