Leçons d’une frauduleuse élection…

Maintenant qu’à la face du monde, après une non-election, final assaut sur une démocratie trahie, le Sénégal se retrouve avec un illégitime individu, à la mine patibulaire, à l’embonpoint criminel, rempli de ses crimes financiers, fiscaux et fonciers, il est temps d’avoir une conversation candide autour de ce moment à oublier au plus vite. Quelles leçons retenir des actes menés par ce mec qu’il faut refuser de nommer ? Un escroc méprisable à traiter avec dédain. comme le terroriste que la remarquable Première Ministre Neo-Zélandaise, Jacinda Ahern, a snobé, pour ne pas lui donner un piédestal immérité !
1- Les Senegalais sont compatibles avec les voleurs, tolérants avec les larbins, les fauteurs sexuels, les brigands de tous poils:
Mickey, Karim, Khalifa, Kebe (? selon une certaine presse). Meme un Idy ayant eu maille à partir avec la justice trouve grâce à leurs yeux, dans ce pays où faire acte de contrition, admettre ses propres lacunes ou errements relève de la quadrature du cercle…Comme ce n’est pas demain la veille cette remise en ordre des valeurs, la sagesse commande aux individus tentés par la politique d’être d’abord des voleurs s’ils veulent être écoutés par un peuple d’une légèreté sans limites.
2- Ils manquent de rigueur.
3- Ils sont peureux au point de permettre à une tapette-voleur, bradeur de leurs hydrocarbures et autres ressources, comme Macky Sall, de jouer aux matamores devant eux.
4- Ils sont des receleurs dans l’âme: volez mais filez m’en un peu et je ferme les yeux.
5- Ils sont corruptibles: juges, chefs religieux, journalistes et patrons de presse, syndicalistes, politiciens et militants-taupes, profitards dits patrons-prostitues, syndicalistes et électeurs moyennant leurs votes sont à vendre aux enchères.
6- Ils sont folkloriques: le todj-radiakhe de Madicke NIANG les allume plus que quelque discours profond sur la définition du cours du pays. Soyez voleur, mouillé dans le pillage des mines du pays, mais faites le pitre et les nègres bananias que nous sommes vous dresseront un statut de…leader, la preuve par Madicke !
7- Le processus démocratique est de bout en bout vicié par des complices alignés tout au long de ce qu’on peut appeler une chaîne de contre-valeurs.
8- Sénégal, Rdc, Congo, Gabon, Côte d’Ivoire, Zimbabwe etc sont les nouveaux symboles d’une démocratisation de façade, par le bas, validée par les institutions et observateurs africains.
9- La communauté internationale a choisi de ne plus croire en une Afrique démocratique et vertueuse dans la gestion de ses affaires: de l’ONU aux partenaires bilatéraux, c’est le début d’une nouvelle ruée vers un continent qui s’auto-livre aux conquérants de ses ressources, à la médiocre condition que ses dictateurs locaux aient leur maigre part du gâteau. Que la plèbe meurt…
10- Le rêve d’une rising Africa est une illusion: sauf si un sursaut miraculeux porté par Dieu et ses peuples refusaient son inéluctabilité.

Ps: En juin 2019, à l’occasion du cinquantenaire du Foreign Service Program de l’université d’Oxford, réunissant la crème de la diplomatie, j’en ferai l’argumentaire devant mes condisciples et autres de cette vénérable institution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *