MALI: COMPRENDRE D’ABORD, QUALIFIER ENSUITE

-Les récentes horribles tueries au Mali poussent souvent à des conclusions hâtives qui consistent à voir les violences sous le seul angle ethnique, voire à appeler à une mobilisation autour du drapeau identitaire. Une telle attitude peut souvent envenimer la situation et faire le jeu des entrepreneurs de violence identitaires. Le cas du Nigeria a montre combien les tueries attribuées à tord à des éleveurs Fulani sur des agriculteurs Berom dans le North Central participent d’une instrumentalisation des identités ethniques pour des fins souvent politiciennes. Les adversaires de Buhari pour le mettre en mal avec l’opinion parlent de “terrorisme bovin” pour insinuer une certaine complaisance envers les supposés auteurs des violences par affinité ethnique. C’est pour cela, il faut une attitude critique qui consiste à ne pas regarder la violence à travers ses manifestations qui peuvent être artificielles ou mais par ses causes. Cette désagrégation de la violence pour en comprendre les multiples dynamiques est nécessaire pour y mettre fin.

Sans maîtriser la situation du Mali, je pense que le cas nigérian doit nous pousser à la prudence. L’instrumentalisation des identités ethniques a souvent permis en Afrique à des forces tapies dans l’ombre d’avoir la mainmise sur certaines ressources, d’intervenir en sauveur, ou même d’affaiblir certaines pays considérés comme des obstacles à leurs ambitions hégémoniques. Les chercheurs africains ou autres, doivent nous éclairer, tout comme nos peuples doivent se mobiliser pour défendre ce vivre ensemble qui a longtemps marqué les sociétés africaines. En espérant que ce leadership défaillant qui se trouve hélas si répandu dans le continent se montre à la hauteur de sa mission.

Alioune Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *