CAN ÉGYPTE 2019, LE COMPTE EST ENFIN BON

Les 24 qualifiés de la 1ère CAN à ce nombre sont connus. Pas vraiment de grandes surprises, car tous les gros sont au rendez-vous, excepté la Zambie (3 fois finaliste et vainqueur en 2012, surprise dans son groupe par la Guinée Bissau et la Namibie) et le Burkina-Faso (3ème à la dernière CAN, dominé dans son groupe par l’Angola et la Mauritanie). Il n’y a que 3 nouveaux participants : Madagascar, Mauritanie, Burundi. On peut aussi souligner le retour de la Tanzanie, dont la 1ère et dernière participation remonte à 1980.

La zone Nord a presque “fait carton plein”, puisque ne comptant qu’une absente, la Libye dominée dans son groupe par le Nigeria et l’Afrique du Sud. Les zones Ouest (A et B) sont aussi très bien représentées (9 sur 16). Cet élargissement a cependant plus bénéficié à la zone Est, souvent la grande absente ou la plus faiblement représentée. Et pourtant elle aura cette année 4 participants sur 11 engagés : Ouganda (qui avait signé son retour en 2017 après 39 ans d’absence), Kenya (dont la dernière participation remonte à 2004), Tanzanie (1ère qualif) et Burundi (1ère qualif). Cette bonne présence de cette zone n’est pas un hasard, car il suffit de suivre les compétitions des clubs du continent pour se rendre compte des progrès qui s’y sont opérés en termes de formation et de structuration. Pendant que les clubs de la vaste zone ouest-africaine brillent par leur absence dans les 2nds tours des 2 coupes continentales où ils étaient jadis (Ghana, Nigeria, Côte d’Ivoire, voire Mali et Guinée) bien présents (cette année, il n’y a que Horaya de Guinée en quarts de LDC et aucun en coupe CAF), ceux de l’Est y sont dorénavant bien représentés (cette année on a Simba Sports de Tanzanie en quarts de LDC, Gor Mahia FC du Kenya et Al Hilal du Soudan en quarts de CAF). Ces dernières années, les clubs de cette partie de l’Afrique sont régulièrement présents en phases de groupes et au 2nd tour des Coupes CAF et LDC. La zone Sud, aussi souvent bien représentée en clubs en Afrique, a bien tiré profit de cet élargissement. Elle compte, en effet, 5 qualifiés (Afrique du Sud, Angola, Namibie, Madagascar, Zimbabwe), elle qui en comptait qu’un en 2017 (le Zimbabwe). Et la zone qui n’a pas profité de cet élargissement est celle du Centre qui ne comptera que 2 représentants sur 9 pays (Cameroun et RDC), elle qui en comptait pourtant dans des « CAN à 16 » 3 en 2017 et 5 en 2015.

Pour ce qui est enfin de cette CAN à 24 (soit environ avec 1 affilié sur 2), il faut s’attendre à un 1er tour facile pour les « gros » (comme les éliminatoires d’ailleurs, qui ne comptaient que pour une formalité pour plusieurs d’entre eux). La vraie compétition ne commencera vraiment, selon moi, que lors des 8èmes, voire quarts. Même les 8èmes seront faciles pour certains (les 1ers de groupe notamment), puisqu’ils joueront des 3èmes de groupe. Mais bon, l’heure est presque partout à la recherche des sous (UEFA, CAF puis Mondial…), quitte à rendre moins compétitives les phases finales : l’économique a nettement pris le dessus sur le sportif !

CNM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *