Le chef de l’armée malienne limogé après la mort de 134 personnes

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a remplacé le chef d’état-major de l’armée et le chef des forces terrestres du pays. Un jour après, 134 villageois peuls ont été tués par un groupe ethnique rival dans la région de Mopti.

Le gouvernement dit qu’il interdit une milice qui serait à l’origine de l’attaque de samedi, le dernier d’une série de meurtres meurtriers.

La première séquence vidéo du village d’Ogossagou montre les restes incendiés des maisons des personnes – les huttes en terre battue se sont effondrées après avoir été incendiées par les assaillants.

Il y a des véhicules incendiés et, d’un côté du village, le corps d’un enfant peul n’a pas plus de deux ans.

Un maire de la localité a déclaré que les femmes enceintes avaient été ouvertes à coups de machettes et que des personnes avaient été jetées dans des puits.

Le gouvernement malien a déclaré qu’il interdisait la milice ou groupe d’autodéfense Dan Na Ambassagou, qui aurait mené l’attaque.

Mais les djihadistes sont également actifs dans le centre du Mali et les Fulanis ont également mené des attaques.

C’est un conflit complexe auquel l’armée malienne n’a pas réussi à faire face.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *