LE TERRORISME EST UNE PRATIQUE, PAS UNE ORIENTATION RELIGIEUSE

Les récents attentats en Nouvelle-Zélande faisant 50 victimes musulmanes, et le massacre d’individus au Mali ont été accompagnés par un sentiment global de stupeur et de dégout. Tout le monde semble redécouvrir un mode opératoire essentiellement basé sur la terreur avec son lot d’interrogations : Où ? Qui ? Pourquoi ?

Cependant, les spécialistes en Science politique et autres analyses ne devraient pas commettre l’erreur de bâtir des théories globales en se basant sur des faits et tendances récents, voire éphémères. Il semble que, parce que frappant les esprits, le terrorisme a tendance à éloigner tout ce beau monde du détachement et des considérations morales indispensables pour appréhender le phénomène dans sa plénitude.

Mais comment combattre un phénomène que l’on ne parvient pas à comprendre ni désigner de manière univoque ? Beaucoup font l’erreur (délibérée ou non) d’attribuer les pratiques terroristes à une communauté voire une religion. Mais le terrorisme est une pratique, pas une orientation religieuse ! Depuis les premières tentatives de définition de certains actes terroristes, on a constaté que celui qui est considéré comme terroriste chez les uns peut être perçu comme un combattant pour la liberté chez les autres. Dès lors, une personne ou organisation peut être considérée comme terroriste, le temps que son combat soit pleinement légitimé : Nelson Mandela, Robert Mugabe, Jommo Kenyatta, le FLN en Algérie, etc.

Dans un contexte où se focaliser sur ces pratiques odieuses serait une erreur, la prise en compte des conditions sociales de naissances du terrorisme serait essentielle. En effet, celui-ci nait dans une société donnée en raison de facteurs permissifs auxquels s’ajoute l’incapacité notoire de certains États à faire face à la menace terroriste. Pour le Mali, le développement de foyers Djihadistes ou de milices poursuivant d’autres intérêts résulte bien plus de la déstructuration de l’Etat que de la montée en puissance de ces forces. On est face à un État qui ne contrôle plus une bonne partie de son territoire (le Nord), malgré l’appui des forces Serval puis de Barkane.

Ces deux interventions n’ont pas pu aboutir à un désarmement global des forces (djihadistes ou séparatistes) évoluant dans cette zone. Au contraire, les États-majors français et malien ont tenté de faire une hasardeuse distinction entre « BONS » et « MAUVAIS » groupes armés au moment où la porosité entre djihadistes et séparatistes du MNLA était bien prouvée.
Mauvais calcul stratégique ou action délibérée pour maintenir cette zone sous tension ? Nous vivons en tout cas les conséquences de cette gestion des groupes armés dans le Nord et le Centre du Mali et la population Peulh est largement visée.

Plusieurs facteurs doivent aussi être pris en compte (conflit foncier, réduction des espaces de pâturages, pauvreté accrue dans cette zone facilitant les enrôlements chez les djihadistes, etc.).

Pape Ousmane THIAW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *