Sauvons le Mali.

Il ya quelques années, lorsque des hordes de barbares venus pour la plupart de Libye avec armes et munitions avaient envahi le Nord du Mali, semant partout la mort et la désolation, le peuple Malien n’avait dû son salut qu’à l’intervention de l’armée française. La suite on la connait. Les sauveurs sont devenus des occupants, faisant la pluie et le beau temps. Pourtant nul ne pourrait raisonnablement en vouloir à la France de dicter sa loi au Nord Mali. La nature a horreur du vide. Or au Mali il ya un vide. Un grand vide. Une béance!

Ce qui devait tenir lieu d’un État s’est effondré, laissant la place à des milices locales, des groupes jihadistes et des armées étrangères.
L’État malien est assurément un État failli. Il n’a plus les capacités pour assurer ses fonctions régaliennes et ne peut pas protéger son peuple. Demain, si l’on n’y prend garde, c’est par lui que passeront toutes les entreprises destabilisatrices qui pourraient venir saper durablement les fragiles équilibres de toute l’Afrique de l’Ouest.

Je refuse de croire qu’il y a au Mali un problème ethnique suffisamment grave pour conduire aux drames qu’on y vit en ce moment. Ce qui s’y passe se passe partout en Afrique. Des groupes d’hommes et de femmes laissés à eux-mêmes par les États, en marge de Républiques deliquescentes, faibles et bancales, n’ayant bénéficié n’y d’éducation ni d’accès au minimum vital pour se sentir citoyens d’un pays, n’ont souvent d’autre choix que de se battre les uns contres autres pour contrôler les espaces et les maigres ressources de la nature. Ils sont, le plus souvent, manipulés par des politciens corrompus et incompétents, adeptes du diviser pour mieux régner.

Les Maliens souffrent car leurs dirigeants ne sont pas à la hauteur . Ils ont échoué à préserver l’intégrité de leur territoire et la sécurité des maliens. C’était pourtant leur principale mission.

L’Afrique d’abord et la communauté internationale ensuite, doivent convoquer d’urgence une conférence sur le Mali. Elle doit se faire sous l’égide de la Cedeao. Tout doit être mis en oeuvre pour restaurer L’État malien, former, equiper et financer son armée et réeduquer le peuple autour de valeurs communes du vivre ensemble. Il est essentiel de bien comprendre les ressorts de la crise actuelle pour enrayer le mal à la racine et prévenir toute amplification et toute ethnicisation des conflits.

Le Mali a inventé le vivre ensemble et la plupart des valeurs qui fondent aujourd’hui les solidarités et les rapports de bon voisinage en Afrique de l’Ouest, voire ailleurs. En 1236, lorsque sorti victorieux de la bataille de Kirina Soudjata Keita réunit sur la plaine de Kurukan Fuga tous les peuples du royaume pour adopter la Grande Charte du Mande, il n’y avait encore nulle part au monde des principes aussi forts sur la gouvernance et le vivre ensemble. La Magna Carta britannique n’était qu’un tissu de normes superficielles entre quelques Seigneurs locaux et la Déclaration Universelle des Droits de l’homme française n’est arrivée que des siecles plus tard.

L’empire du Mali qui avait adopté cette charte du vivre ensemble correspondait déjà, par sa taille, a presque toute l’Afrique de l’Ouest d’aujourd’hui.

Ce n’est donc pas à un tel peuple qu’on fera croire que les ethnies qui le composent se haïssent.

Non il n’y a pas un problème Peulh au Mali ni nulle part ailleurs en Afrique. Il y a seulement un problème d’État et de dirigeant.

C’est le seul mal auquel il faut s’attaquer: reconstruire un État failli.

Cheikh Tidiane Dieye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *