TOURE MANDEMORY : OBJECTIF MAJEUR

Son éternel béret en fait une sorte de bohémien sur qui la mode n’a pas d’emprise. Sa discrétion naturelle, son exquise courtoisie et son regard mélancolique laisseraient supposer que c’est l’un de ces poètes abonnés aux rêveries transcendantales. Il est tout cela et beaucoup plus. Touré Mandémory est l’un de ces honnêtes hommes libres à la sensibilité exacerbée et à la conscience en éveil permanent. Son engagement citoyen et sa curiosité intellectuelle l’amènent à parcourir les routes et sentiers de son quartier et de son continent à l’affut d’injustice à dénoncer ou de torts à redresser. Sa quête d’une Afrique remembrée, réconciliée avec elle-même et riche des retrouvailles avec ses « fils perdus » dans tous les continents l’amènent à s’intéresser à l’évolution de nos quartiers traditionnels comme à la souffrance des populations inondées, à retrouver les enfants arrachés à la terre mère en des lieux les plus improbables. Son appareil photo est sa voix, sa plume son bulletin de vote et sa main tendue à tous. J’ai toujours admiré en lui cette faculté de saisir sur l’instant, l’émotion fugace d’un passant anonyme, la vérité camouflée derrière un rideau de pudeur, l’incongruité d’un immeuble disgracieux trônant dessus une mare de misère. Personne mieux que lui ne sait exploiter la lumière pour faire exploser le brutal contraste des disparités sociales ou le cadrage pour dire la dérision de certaines cohabitation entre l’homme et un environnement rendu hostile par l’action des uns et l’irresponsabilité des autres. La scène la plus banale, passée au filtre de son objectif, livre un message pluri sémique où l’humour cinglant et la tendresse, la révolte et le sanglot se lisent comme autant de paraboles. Les « clandos » déglingués, embourbés dans le sable- telle une jeunesse rivée à l’ancre d’un chômage endémique- le visage crispée d’une dame, qui peine à franchir le gué de pierres dessus les eaux stagnantes de son quartier, le sourire insouciant et prometteur d’une jeune fille adossée aux murs d’une maison en ruine, l’envolée multicolore des pagnes sur le fil à linge en pleine rue, voilà les visions d’un traqueur d’équité pour tous qui veut que le bleu du ciel et l’éclat du soleil aient la même signification pour chacun. Ses photos sont autant de coups de cœur et de coups de gueule. Il se réveille tous les matins à Guédiawaye, son lieu de vie, pour qui il se bat au quotidien pour un mieux être de ses habitants. Compter parmi ses amis est un bonheur et un honneur. Il n’aime pas attirer l’attention, mais pour une fois ce sera tant pis pour lui, il sera dit de lui tout le bien que j’en pense en l’appelant avec conviction et en toute admirable fraternité« Maestro » en espérant que le grain du papier et la lumière seront dignes de lui

Par Mamadou Seyba Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *