Kemi Seba : “Personne ne me menace et si pendant longtemps, j’ai résisté aux assauts de l’Occident ce n’est pas ceux qu’il commande qui me feront peur”.

Kèmi Séba désavoue le ministre de l’intérieur Sacca Lafia et compte poursuivre le ministre en justice. Le ministre lui aurait fait comprendre la possibilité des mesures pour le « limiter dans ses actions si ses mobilisations dérangent les intérêts des partenaires du Bénin », Cette phrase veut dire en substance et clairement: ” je vais te mettre en prison voire te tuer “. Il faut souffrir d’agueusie mentale pour ne pas comprendre et admettre qu’il y’a un projet hostile de nuire. Ceci constitue indéniablement une menace grave interdite par la loi et venant d’un ministre c’est manifestement inacceptable. Ainsi, pour Kèmi Séba, le ministre Sacca Lafia a franchi le rubicond avec cette déclaration qu’il qualifie à juste titre, de menace avérée et de provocation indigne. Mais en réalité, le leader de l’Ong « Urgences Panafricanistes » n’est pas allé par quatre chemin pour faire savoir à Sacca Lafia qu’il n’est pas intimidé car en réalité, la peur a déjà changé de camp: « Personne ne me menace et si pendant longtemps, j’ai résisté aux assauts de l’Occident, ce n’est pas ceux qu’il commande qui me feront peur » a répondu Kèmi Séba à l’illustre personnage.

Donc rien que sur le principe, il faut porter plainte car cela vous couvre et cela fait échos dans l’opinion nationale et internationale. Maintenant nous ne sommes pas dupes et nous connaissons tous la suite de la procédure dans nos républiques bananières tenues par la pègre étatique qu’aucun intellectuel digne de ce rang ne peut applaudir. En définitive, le serpent est toujours dans notre propre case. Kemi Seba fait votre travail, le travail que vous auriez dû faire depuis près de six décennies pour la conquête effective de notre souveraineté totale, vous qui constituez un consortium de pantins pour nourrir les autres et ceci porte bien un nom: la tragédie des incapables.

Rappelons, par ailleurs, qu’on connaît assez l’histoire: lorsque l’occident pour défendre sa logique implacable de soumission du peuple noir, sa stratégie ignoble de pillage systématique de nos ressources, notre maintien dans l’esclavage monétaire et notre perpétuité dans la pauvreté, bref, l’asservissement de nos peuples avec la complicité affligeante et déconcertante de nos dirigeants serpillières vassalisés que nombre d’entre vous applaudissent de vos fesses par manque de conscience et sur fait d’ignorance, il suffit qu’il arme un des nôtres, il retournera volontiers cette arme contre son propre frère: de la damnation!

L’histoire de notre peuple l’a toujours démontré, la traîtrise, un vain mot. Vingt dieux, arrêtons de nous emberlificoter. Le guignole d’Alassane Ouattara au solde du colon n’a pas raison d’expulser Kemi Seba. C’est la preuve indéniable qu’il aide la France à piller nos richesses, qu’il est un des grands complices de cet Etat dépouilleur, chapardeur, affameur qui vit depuis des siècles de nos richesses. Nous ne sommes pas indépendants économiquement ni militairement. Le dire ce n’est pas une injure. Évoquer publiquement son soutien à Laurent Gbagbo et expliciter qu’il a été injustement incarcéré, qu’une fois libéré, son maintien en Belgique ne se justifie plus, donc inacceptable, dites nous, en quoi ces propos constituent une faute voire un crime.

Et, pour terminer, il me revient à l’esprit la citation de l’écrivain Ahmadou Kourouma tombant à juste titre pour me renforcer dans l’aversion que j’éprouve pour tous ces gens qui ont le culte de la malfaisance : ” Prévenir la trahison, débusquer le faux ami, le jaloux parent, le traître avant qu’il inocule son venin est une opération aussi complexe que de nettoyer l’anus d’une hyène “. Prenez-en graine !

Texte de Gaston Koovi BOSSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *