LE DIALOGUE ENTRE SERIGNE TOUBA ET SERIGNE MASSAMBA MBACKE !

“Un jour, Serigne Massamba Mbacké sous l’emprise de la crainte du ton menaçant de certains versets, était venu voir Serigne Touba pour lui en parler. Ainsi, il dit ceci à ce dernier : je suis affligé et triste! Et Serigne Touba lui pose la question : qu’est ce qui se passe au point que tu sois affligé et triste ? Alors, il répond : j’ai parcouru tout le Coran, mais j’ai remarque que le mot jour est y répété sans cesse. J’ai constaté toujoura que le mot jour fait echo systematiquement au jour du jugement dernier. Et Serigne Touba de lui dire : Il y a de quoi s’inquieter de ce jour ! C’est ainsi que Serigne Touba se leva et partit et revint pour continuer la discussion avec Serigne Massamba Mbacke.

Ainsi, il lui dit : ( Serigne) Massamba, aussi repetitif qu’il soit, sachez qu’il n’y a qu’un seul parmi eux que Dieu vous destine c’est à dire “Le jour où nous appelerons chaque groupe d’hommes par leur chef” ( S17, V71). Ceci veut dire qu’au jour du jugement dernier Dieu n’aura besoin de s’entretenir qu’avec le chef de chaque groupe. Quand Il voit que ce dernier est exempt de reproche, alors Il ne fouillera pas le groupe. Dans le cas inverse, le groupe rendra compte. Alors, si Dieu vous juge à partir de ma personne auriez vous l’esprit tranquille ? Et Serigne Massamba lui repond : sans aucun doute Mbacke !

Ainsi, Serigne Touba lui demande : ( Serigne) Massamba , si tu vas au marché pour t’acheter une bouteille de parfum, mais en meme temps tu constates que celle que tu voudrais prendre est déja ouverte. Alors, si tu la testes en demandant le prix, mais que tu partes sans l’acheter. Mais lorsque tu reviens à nouveau au marché tout en constatant que l’odeur reste toujours sur toi, alors tu l’acheteras ou pas ? Et Serigne Massamba Mbacke de repondre : oui je l’acheterai ! Serigne Touba lui demande encore : acheteras-tu la bouteille ouverte ou celle qui est restee intacte ? Serigne Massamba de repondre : celle qui est reste intacte ! Serigne Touba lui demande : pourquoi n’achetes-tu pas celle qui est deja ouverte et dont tu connais le contenu ? Serigne Massamba lui repond : c’est parce que celle qui est restee intacte n’a rien perdu de son contenu. Et Serigne Touba lui dit : c’est comme ça la vie ! ”

( L’arbre de Touba, Serigne Aladji Mbacke, transcription M. Moustapha Diop )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *