Un an après, cher Vincent…

Que le temps passe vite. Souviens-toi, c’était il y a exactement un an, à leur étonnement complet, des juges français, de vrais juges, pas les bodiobodios malaxés dans les deals électoraux ou politico-financiers qu’on sait, sifflaient la fin du combat de lutte que, par bravade suicidaire, tu avais osé faire avec moi. Parce que tu t’appelles Bollore, habitué à ne voir que les échines courbées de negres plats, tu avais peut-être cru qu’en m’envoyant une plainte en ton nom, près de trois ans plus tôt, tu allais déclencher une de ces peur-panique personnelle qui te font tant jouir. Quelle EureurE, souriat, en coin, Miss Mbaathio Ndiaye, la première à accourir pour s’installer dans les travées du Tribunal de Grande Instance de Paris ou le duel, le lamb, on dit chez nous, devait avoir lieu. Elle savait que tu avais touché à ta perte -laal lalaake, en wolof!
Ce 28 Mars 2018, Mbaathio n’avait, pour rien au monde, voulu rater ce qu’elle voyait là, sous ses yeux ébahis: le grand loup blanc, soulevé, caleçon déchiré, livrant l’innommable, et en passe d’être jeté sur le sable qu’on appelle dalle, dans ce chic quartier du 4ème arrondissement parisien.
Battu, débouté, humilié, plumes envolées, superbe réduite à néant, te voici, un an plus tard, jour pour jour, ce 28 Mars 2019, mieux instruit de ce qu’en cette terre africaine il est encore des individus qui ne sont pas fiers de figurer dans la galerie de ces bénis oui-oui, dont certains se disent même tes représentants, que tu es habitué à inspecter en tes moments perdus.
Les échecs, enseigne-t-on, sont les meilleures écoles de la vie. J’espère que tu es devenu plus sage, humble, moins prétentieux, moins néo-colonialiste. Auquel cas, le capitaine d’industrie ne manquant pas de mérite que tu es indiscutablement peut rebondir et participer, le respect en sus, à la construction du bon narratif africain, que les dignes fils du continent rêvent de bâtir -pas celui extraverti, exogène et exporté par une coalition de forces toxiques, de nouveaux colonisateurs et ceux qui, apatrides, vendus, t’avaient fait croire que tu pouvais encore faire ce que bon te semblait chez nous.
Vincent Bollore, nom connu et reconnu, en bien comme en mal, Breton de naissance, je me permets, magnanime, de te dire que si tu révises tes certitudes et ton vade maecum Africains, rien ne s’oppose à ce que te soit donné le titre d’Africain d’adoption -mais dans un lien gagnant-gagnant!
Je te tends la main. D’abord pour te soulever de ce sol où tu gis depuis cette chute. T’aider à nettoyer le sable qui couvre ton corps. Te faire retrouver tes esprits. Te faire voir une autre perspective plus digne qui est le rêve des Africains. Cher Vincent, j’aurais préféré ne pas devoir passer par l’obligation de te terrasser dans ton propre beffroi pour espérer avoir ton attention, en limant ton arrogance que les larbins tropicaux t’avaient fait croire d’essence divine. Mais à quelque chose malheur est bon…
Alors, tu permets…
Permets que je t’invite à savoir qu’à l’heure où notre continent est courtisé par tous, déclenchant une nouvelle ruée en sa direction, nous ne voulons pas être les laissés-pour compte de cette saga. Ces illégitimes individus, qui se font appeler présidents, comme un triste sire Mickey Sall, voleur et fraudeur d’élections et de biens publics, ne nous engagent pas. Dis-le autour de toi. Dis-le à Macron, Pouyannet, Total, Orange, Breton et co…Ni eux ni les autres conquérants complaisamment introduits dans nos pays, qu’ils soient Asiatiques, Américains ou Européens, ne doivent plus s’y sentir maîtres malgré la servilité des complices locaux d’une colonisation consentie.
Saches-le toi-même surtout, ça te donnera un avantage compétitif, comme Mbaathio.
Permets que je t’avertisse sur le tort que causent les descendants de collabos français, à la manœuvre depuis que leurs ancêtres après avoir vendu leurs frères aux esclavagistes n’ont cessé depuis lors, pendant la colonisation et après, à servir servilement les intérêts des étrangers, comme toi. Rien que pour avoir un certain train de vie. Méfie-toi: ce sont ceux là qui t’ont mené à l’abattoir judiciaire il y a un an.
Permets que je te mette en garde contre les comportements de chez nous où la volonté d’exploiter son prochain, homme comme femme, vicie les relations: ceux qui font semblant de vous suivre ne le font que pour réaliser leurs intérêts; les amitiés sont calculées; les amours matérialistes. Et dans une culture de la compromission si prégnante, gare à ne pas abandonner les bons combats, au contact des relations qui se tissent, parce que, pardi, on veut vous mener à l’abattoir, vous forcer à ne pas être dans le juste tempo. Nos sociétés sont devenues hélas esclaves de l’argent, de l’argent qu’on cherche tactiquement à vous soutirer. Vous l’avez appris à vos dépens. Je refuse, pour ma part, de céder à ces conseils dont l’unique ambition est d’arnaquer le corbeau qui les écoute. Écartez vous de ma route: je ne serai pas influençable pour servir rêves et intérêts personnels qui minent pareillement sociétés, partis politiques et États en Afrique!
Permets Vincent que je passe par toi, eh ben tu es mon noyy nekh, passoire de service, pour dire, à haute voix que nous Africains voulons mieux. Outre les acteurs maraudant dans nos sociétés, nous n’acceptons pas non plus que des escrocs au cœur de nos États reproduisent, à notre détriment, le Pacte colonial que des patriotes engagés avaient défait depuis 60 ans. Parce que toi et les tiens êtes mieux informés de la houle qui monte de toutes les sociétés africaines, je suis convaincu que vous savez combien est grande la colère des peuples africains face à cette entreprise de dessaisissement de leur destin conçue avec l’aide de ces nouveaux voleurs de rêve, démocratique et développemental, qui ont fait croire à des pays comme le votre, la France, qu’ils pouvaient faire le sale boulot. D’Alger en Rdc, du Senegal en Côte d’Ivoire, partout, l’arme au pied, les foules africaines, comme vos Gilets-Jaunes, ne rêvent que d’une chose: faire sauter ces murs et peurs de la honte, pour recouvrer leur dû, à savoir avoir les manettes sur leur devenir. Nous n’avons pas imposé la Conference de la Baule à la France en juin 1990 pour rien !
Tous sentent qu’ils sont en ces moments de colère dans des 737 Max, ces avions accidentogenes qui font trembler les voyageurs aériens. Chasser les pilotes irresponsables, fixer les appareils, redéfinir une voie, voilà notre ambition.

Je sais que devenu plus humble, tu peux amplifier le message. Fais-le, il est celui de l’heure…Ma main t’es tendue. Parce que après le combat, une paix honorable, sans concession sur ce qu’on croit, est possible. Nous pouvons nous parler un langage de RESPECT.

Un an plus tard, après la pénitence et la prison au sens propre du terme, as-tu encore du cœur ?

PS: Qui sait? Peut-être que tu seras à la cérémonie d’investiture de l’imposteur Mickey. Il n’est pas notre Président. Observe déjà que seuls des tyrans en seront. Note aussi que demain, 29 Mars, dans ce qui s’apparente à une extinction d’incendie, Bruno Le Maire, Ministre des Finances de France, vient au Sénégal: les caisses sont vides, y a le feu, nous ne sommes pas dupes.

*A titre personnel, j’informe tout le monde que je refuse de payer mes factures de téléphone Orange passées de 80000cfa par mois à 300000cfa sans raison autre que la volonté de l’Operateur de charger Whatsapp. Refus de l’exploitation de quelque nature, un point, un train.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *