Wade se bat pour son fils et il a raison : Même les animaux protègent leurs progénitures

Même les poules défendent leurs poussins, à plus forte raison les humains. Sans organisation, aucune transmission d’héritage n’est viable, par conséquent, il revient au Président WADE, d’organiser le PDS avant de transmettre le flambeau qui consolidera le parti.

Il est suicidaire pour le couple WADE de dissocier leur combat politique de la défense de leurs enfants ? L’habitude de se séparer de leurs petits est promue à tous les animaux, croit-on. Chers amis, observez les documentaires sur le monde animal et vous constaterez comme moi, que les grands singes (chimpanzés, gorilles), les grands mammifères et fauves (éléphants, lions, hyènes) vivant en société n’ont aucune activité dans leur vie que la recherche de la nourriture, le repos et la défense des plus faibles d’entre eux (leurs petits, les malades). Pour prétendre à gouverner un état, on doit en premier lieu, être capable de protéger, défendre sa famille, son quartier, son village ou ville, son arrondissement, sa commune, sa région et ensuite la nation. Et tout parent qui renonce à ces prérogatives élémentaires recommandées par toutes les régions ne mérite pas de conduire un état, même celui de N’Doumbélane (état d’organisation du monde animal dans les contes Africains).

– La tentative d’une manipulation de l’opinion publique Sénégalaise et mondiale par des méthodes ignobles de culpabilisation dont les initiateurs se dispensent, puisqu’ils chérissent eux-mêmes leurs enfants.

La rhétorique (ensemble de procédés constituant l’art du bien-dire, de l’éloquence) est répétée, mise en avant pour justifier auprès de l’opinion publique Sénégalaise, que le couple WADE est responsable de l’incarcération de leur fils, M. Karim WADE. Ainsi, M. Karim WADE et Sindiély ont des problèmes parce-que « le couple WADE les a laissés s’approcher du pouvoir ». L’astuce serait de pousser le couple WADE à s’abstenir de défendre leurs enfants ; et pour cela, je leur dis et les conseille de défendre sans complexe leurs enfants car il n’existe aucun parent qui soit capable de laisser ses enfants aux fauves sans les sauver. Touchez aux poussins d’une mère poule et la réaction est immédiate à plus forte raison aux enfants d’un humain.

– Quelle grande patience, empreinte de dignité et de hauteur pour ce couple mythique qui a tout donné au Sénégal et aux Sénégalais (multipartisme, démocratie, transparence électorale et construction d’infrastructures de toute sorte).

A l’arrestation de M. Karim WADE après une manifestation des APR qui ont exigé et obtenu son incarcération par le Comité, spécialement réactivé et conçu pour M. Karim WADE ; car il n’est pas le seul ministre parmi les 100, des gouvernements successifs du Président WADE à être accusé d’enrichissement illicite. En tant que ministre, il aurait dû bénéficier de la compétence juridictionnelle de la Haute Cour de Justice comme cela semble devoir être fait pour les autres ministres. Malgré l’âge avancé du couple et la peine que lui inflige les personnes qu’il a faits roi, personne n’a jamais entendu ce couple se lamenter, s’impliquer de près ou de loin à l’injustice et à l’ingratitude qu’il subit. Il a fallu attendre un 23 avril 2014, c’est-à-dire, après un an de souffrance, d’insomnie, de calomnie, de peine pour les deux petites fleurs (petites filles) orphelines de mère et maintenant privées de leur père pris en otage pour que le couple WADE entame la bataille aux côtés de son peuple qui n’a que trop remarqué l’injustice que l’on lui afflige. De la souffrance des humains, on en fait une banalité de cirque, de l’humiliation et de la haine envers le couple WADE, on en fait une passion. Toutes sortes d’accusations ont été inventées et mises en ligne, de casseroles volées en passant par des tapis, des tableaux jusqu’aux 700 véhicules ; nulle ne retrouve aujourd’hui aucune mention en ce jour de telles énormités. Devrions-nous rester, bras croisés et bouches cousues face à ce que je nomme une malédiction. Le Président WADE vient de démontrer une fois de plus, la baraka qui l’accompagne lorsqu’il entreprend une action ; de l’aéroport en passant par les villes Sénégalaises, aucun incident n’a été remarqué ou déploré.

Mané Moussa de la Cellule de Communication de ASS-Kaw France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *