Femmes de pouvoir dans la société wolof: Lingeer, Aawo, Dié et leurs attributs

Femmes de pouvoir dans la société wolof: Lingeer, Aawo, Dié et leurs attributs selon les Cahiers de Yoro Boly Dyao

“Les noms Linguère et Aouo [Awo] surgis plusieurs fois dans les détails couvrent des connaissances indispensables à développer. Linguère était le premier titre administratif femme et Aouo le second. Ils étaient dévolus [donnés] dans les six pays aux princesses royales. [Celui de] LINGUÈRE, dans le OUALO, CAYOR, BAOL, SINE et SALOUM [était réservé] aux mères des rois, [et] à leur absence [défaut], aux sœurs maternelles, aux cousines utérines [du souverain], et ainsi de suite par droit d’aînesse.
« Dans le DJOLOFF, où les droits royaux se transmettaient uniquement de père en fils, [il était donné] aux tantes, aux sœurs, aux cousines suivant la filiation paternelle.
« Aouo [était en principe le titre de] leurs premières femmes [quelle que fût leur famille]. Ces titres n’étaient investis à des princesses étrangères aux familles régnantes que pour des motifs absolument évidents pour ces motifs, les rois du OUALO, CAYOR et BAOL faisaient faveur assez souvent du titre de Aouo, qui, pourtant, signifie première femme (1), à des princesses de leur famille même, au préjudice de leurs femmes étrangères à ces familles ».
« Dans le SINE et dans le SALOUM, où le mariage réciproque des Gelwaar engendrait rebours vis-à- vis des règlements moraux [?], le titre de Aouo revenait à la première femme noble des rois, mais ils pouvaient, comme les autres, [donner ce titre à celle de leurs femmes] qu’il leur plaisait. Les Aouo de ces deux pays n’avaient pas de commandement : elles n’avaient que des redevances coutumières qui leur étaient régulièrement payées par leurs maris sur leurs propres prérogatives (1). Quant au titre de Linguère, il y était, comme dans les autres royaumes, l’apanage inviolable des princesses Gelwaar au même titre et droits indiqués.
Ces élues gouvernaient des districts attachés héréditairement à leurs titres, que dirigeaient sous leur tutelle des captifs de couronne ou de case, nommés par elles FARBA, DIAOUDINE (Diaourigne par les Adior du Cayor), Diaraff, Beuk-Negg (domestique), titres que portent leurs congénères dans les dépendances directement royales. Ces gouvernantes, chargées par leurs titres de l’entretien en nourriture et en blanchissage des satellites entourages des rois et des hôtes des capitales à leur propres frais, étaient tenues d’habiter les résidences royales appelées Pêhi (2). Elles avaient droit et étaient escortées d’un entourage composé d’hommes armés (cavaliers et fantassins) et de femmes appelées NGANGHORE (3). La section captive de cet entourage (ceux de case principalement) en étaient les hommes, les pourvoyeurs en état constant d’alimentation de la ripaille, et les femmes, les pileuses [de mil], les cuisinières et les blanchisseuses. [Elles étaient aidées, en ces travaux, par les femmes nobles] de ces sociétéS qui, en dehors de là, ne prêtaient leur concours que par complaisance. On sait qu’une bonne partie de ces fournitures provenait d’exactions. Les captives étaient placées sous la direction de N’Douhkane.

(…)
Les fêtes organisées par ces princesses donnaient quelquefois de longues et brillantes durées, quand le rois et les seigneurs y prenaient part. Habituellement, ces deux princesses donnaient de grands cadeaux aux nobles, hommes et femmes, à titre de subsides [venant s’ajouter aux dons incessants] des rois, prix de l’affermissement de la réalisation de leurs familles sur les trônes.
Il y avait d’autres autorités femmes sous le titre de Diéhé [Dié] (3) [inférieures en dignité aux] LINGUÈRES et Awo, investies’ des dignités de grandes-duchesses.
Le titre de Dié est suivi du nom des villages dont les nommées étaient duchesses. Il n’y en avait que dans le CAYOR, le BAOL et le SALOUM ; les rois de ces pays en faisaient honneur aux femmes de grande noblesse, quand il n’y avait pas de princesses royales dans les familles régnantes qui les égalisaient en nombre [en nombre égal à celui de ces charges]. »
Il y en avait sept pour le CAYOR Diéhé-i-Khandane (4), DlÉHÉ-i-Soughère, Diéhé-i-Bassine, Diéhé-i-Séno, Diéhé-Kantar, Diéhé-i-Mékhèye [Mékhé ?], Dié-hé-i-Bataleé
Trois pour le BAOL Diéhé-i-N’Goundiane,Diéhé-i- M’Bathe, Diéhé-i-Bounkhoye [Bounghoye ?]
Et une pour le SALOUM (mot effacé dans le manuscrit).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *