Terrorisme en Afrique de l’ouest

C’est une guerre invisible contre l’Afrique de l’Ouest toute entière. Une stratégie de domination sous-régionale. Une affaire montée de toute pièce que les esprits éclairés heureusement commencent à déchiffrer…

L’on se rend compte dorénavant que les escadrons de la mort sont venus pour maintenir un statu quo de politique de terrorisme sous régional avec des exécutions sommaires de « communauté de citoyens », de fréquentes attaques surprises sur nos populations les plus éloignées et vulnérables, une stratégie de diviser les communautés pour régner plutôt que pour rompre avec les menaces, les violences, les méthodes de répression, carnages, etc. Depuis que les escadrons de la mort (Ray kattu niit) sont venus sur place, le nombre de victimes avancent à vitesse exponentielle de jour en jour.

Avant, la rivalité entre mercenaires, milices, groupes paramilitaires, unités spéciales, s’évaluait à moins de 100 citoyens ouest-africains exécutés. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, il est désormais d’usage au Mali comme au Burkina Faso d’entendre banalement que 130, 160 à 210 membres de « communauté de citoyens » de la république, d’une manière ou d’une autre, ont été arrachés à la vie gratuitement, sans compte de rendre à personne. Étant donné que le pouvoir de la Justice est à genou, quasi inexistant à l’échelle nationale.

Demain, peut-être, – je ne le souhaite pas – mais puisque l’appétit des mercenaires, des milices vient en mangeant, il est possible de se réveiller et d’apprendre dans la presse que mille, dix mille à cent mille ouest-africains sont tombés par surprise sous les coups de l’ennemi avec certainement très bientôt le début de très longues coupures d’eau dans les capitales économiques, les coupures de l’internet ciblé, le début des enlèvements d’opposants politiques, économiques, d’activistes, de dissidents, “ou toute personne perçue comme interférant avec l’ordre social ou politique établi”.

Nous sommes dans une guerre invisible contre un ennemi que nous refusons de nommer. Un ennemi hyper puissant comme Goliath mais ce que l’ennemi ignore c’est que nous sommes certes des David sans moyen technologique conséquent. Néanmoins, nous comptons bien avec les moyens de la “plume” 🙂 ramener la fraternité entre « communauté de citoyens », mais également la paix, la cohésion sociale, l’unité politique, l’intégration, la prospérité qu’il ne veut pas du tout au sein de notre territoire géographique…

Sources: Texte: Diane Diallo, Image: Google

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *