Amadou Bâ, le grand « gagnant » du 1er gouvernement post présidentielle 2019

Même si bon nombre d’analystes politiques sénégalais (quasiment tous) considèrent que la « migration » d’Amadou Bâ du ministère de l’Économie, des Finances et du Plan à celui des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur est une sanction, voire pas une « bonne affaire » pour le concerné (certains, comme Barka Bâ, parlent même de « mini séisme »), je vois plutôt le contraire. Pour moi, sans parler de « dauphinat » dont je ne suis pas sûr et qui peut même lui porter préjudice, tout semble le préparer pour 2024. Le ministère des Affaires Étrangères…, que d’aucuns semblent donner peu de considération par rapport au ministère de l’Économie et/ou des Finances (ça se voit que l’on est dans un pays où l’on ne pense que fric), est partout un ministère stratégique pour quelqu’un qui a des ambitions plus que ministérielles, comme on les lui prête. Il est selon moi le ministère par excellence, après celui de 1er ministre, pour renforcer sa carrure présidentielle. Combien d’anciens 1ers ministres et de ministres des Affaires Étrangères sénégalais sont devenus peu après des candidats à une présidentielle ? Pour le 2nd ministère mentionné (puisque c’est lui qui nous intéresse ici), je peux citer Moustapha Niasse (5 ans dans le dernier septennat Diouf) qui l’avait quitté en 1998 pour la présidentielle 2000 ; idem Cheikh Tidiane Gadio (9 ans et demi ministre des A.E de Wade) qui l’avait quitté en 2009 pour la présidentielle 2012 ; sans oublier Madické Niang (le 2nd ministre des A.E de Wade) dernièrement candidat. Je peux même élargir la lecture aux pays dits, à tort ou à raison, de « grande démocratie » comme les USA où Hillary, à partir de son poste de secrétaire d’État américain (2009-2013), s’est bien préparée pour la présidentielle 2016. En France, n’eut été cette affaire « Clearstream », qui lui « a été collée » et nettement « gonflée » par son principal challenger de l’époque au sein de l’UMP, en l’occurrence Sarkozy ministre de l’Intérieur, Dominique De Villepin, 1er ministre des Affaires Étrangères de Chirac sous son 2nd mandat (2002-2004), serait peut-être en 2007 le successeur de ce dernier qui le préparait clairement pour cet objectif : on se souvient presque tous de la notoriété acquise aux Nations-Unies en démontant les arguments américains devant mener à la 2nde Guerre du Golfe. Mais bref, Sarkozy était passé par là pour tout faire capoter au sein du parti plus acquis à sa cause.

Ce qui me conforte plus dans cette lecture concernant Amadou Bâ, c’est qu’il occupe ce ministère dans une perspective où le Sénégal va bientôt devenir producteur de pétrole et de gaz ; renforçant conséquemment ses enjeux économiques (une sorte de continuité à l’international de ce qu’il avait commencé dans le précédent mandat) et géostratégiques. Si par exemple, il doit intégrer l’OPEP, c’est Amadou Bâ qui mènera, à coup sûr, les négociations. Autre constat qui me pousse vraiment à croire en ce que je soutiens ici, c’est la suppression envisagée, dans les brefs délais, du poste de 1er ministre (l’autre ministère stratégique dont l’occupant actuel est le principal « perdant »), certainement pour ne pas faire de l’ombre ou créer une sorte de dualité en vue de la succession du Président Macky Sall en 2024 (où cas où il ne se représenterait pas). Et si cette suppression est effective, « le tandem Sall-Bâ » sera incontestablement celui que l’on verra plus à l’international dans les prochaines années.

En résumé, Amadou Bâ, après avoir acquis de la notoriété « en interne » (le dedans) pendant quasiment 6 ans au sein de son 1er ministère, va pleinement acquérir de l’expérience « en externe » (le dehors) au sein du 2ème. Or, les 2 combinés, via ce qui est appelé en diagnostic (économique ou territorial ou autre) le « rapport dedans/dehors », sont forcément quelque chose d’essentiel, même indispensable pour une analyse ou lecture prospective. Et le Président actuel le sait mieux que quiconque, car après avoir été ministre de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique (2002-2003) puis celui de l’Intérieur et des Collectivités Locales (2003-2004), il a acquis sa notoriété et sa stature présidentielle en étant 1er ministre de Wade (2004-2007).

CNM

Cette lecture n’engage que son auteur et ne doit aucunement être pervertie dans son interprétation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *