Par devoir de vérité

Je m’étais promis de m’abstenir de toute appréciation sur la formation du nouveau gouvernement qui va inaugurer l’ère «Macky II». Je m’étais également promis de ne faire aucun commentaire sur les personnalités qui composent cet attelage gouvernemental. En fait, je m’étais dit que l’attitude la plus sage est d’attendre de voir cette équipe à l’œuvre pour apprécier, pour se faire une opinion bien fondée, avant de se livrer à une quelconque forme de jugement. Mais ce matin, j’ai lu une publication selon laquelle Madame Nene Fatoumata Tall Mbaye, nommée Ministre de la Jeunesse, n’avait pas le Baccalauréat.

En toute sincérité et sans parti pris, je crois être en mesure de démanteler une telle assertion, vraisemblablement dictée par certaine malveillance dont l’objectif est la désinformation et qui procède de l’adversité politique. Il me suffira de me référer à certaines conversations «in box», que j’ai eues avec cette dame, et qui remontent à l’année 2009.

Pour que la suite soit compréhensible, il est nécessaire que certains éclairages vous soient livrés. J’ai été professeur de Lettres Histoire Géographie au CEM Serigne Cheikh Anta Mbacké (CEM CANADA de Guédiawaye), avant d’en être nommé Principal. Et Madame Néné Fatoumata Tall Mbaye a été mon élève dans cet établissement. Tout naturellement, on s’était perdu de vue après la fin de son cycle dans ce CEM. Et ce n’est qu’en 2009, qu’on s’est retrouvé sur facebook. Et c’est dans ces circonstances que nous avons eu ces échanges «in box» dont je vous parle. Entre parenthèses, puisque j’utilise un ordinateur pour mes interventions sur facebook, j’ai gardé la plupart des échanges que j’ai eus avec mes amis, depuis que je suis entré dans l’univers de facebook. Pour la plupart d’entre vous, je peux ressortir les échanges que nous avons eus ces dernières années.

Je vais donc donner la parole à Madame Mbaye :

D’abord : «Merci Principal, c’est moi qui suis honorée en fait d’avoir parmi mes contacts quelqu’un qui a contribué à mon éducation parce que je suis une ancienne du CEM canada. Vous ne pouvez pas imaginer ma joie. Que Dieu vous garde Monsieur Diop

Ensuite : « Merci beaucoup. C’est maintenant que nous nous sommes rendu compte de la droite ligne que vous nous aviez tracée. Après mon bac, j’ai obtenu mon deug en anglais et un diplôme universitaire en tourisme à l’ESP de Dakar maintenant. Je travaille dans une boite de marketing. Vous nous avez appris à nous comporter en responsable partout ou ns sommes. Yalnala Yalla fay dieuf!!»

Je rappelle que ces messages datent de 2009.

Puis en 2010, je lis un article de journal qui me pousse à lui adresser par « in box » ces mots :

«J’ai lu, avec un plaisir immense, dans la presse, la nouvelle de ton admission à un concours pour subir une formation de leadership politique à l’Institut Goethe. Je te souhaite plein succès et la réalisation de tous tes objectifs.»

À présent, vous savez à quoi vous en tenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *