” Une fois Serigne Touba avait placé trois points sur le sol avec son doigt. Ainsi, il dit ceci à Serigne Mor Absa Lo : Mamar ( Mor), les univers qui nous séparent de Dieu sont au nombre de mille univers (1000). Dans chaque univers parmi les neuf cent quatre vingt dix neuf (999), l’on y voit des choses qu’aucune langue ne peut décrire. La densité de chacun d’entre eux est telle que si tu y mets les pieds, tu te dis que Dieu a agencé dans cet univers tout ce qu’Il a créé. Mais Mamar (Mor), s’agissant du dernier (millième), je suis la seule créature à y mettre les pieds dans la création. Dans cet univers, Dieu m’a fait don de trois choses lesquelles Il n’a jamais accordé à aucun parmi les hommes seigeuriaux qui ont eu la fonction de messager et qu’Il n’accordera jamais à aucun parmi eux. Mamar (Mor), ne me demandes tu pas ces trois choses pourque je te les énumère ?

1) Premièrement, c’est dans cet univers que Dieu m’a donné le pouvoir de ramener du Paradis vers le Barzakh quatre alter ego qui tiendront compagnie jusqu’au jour du jugement dernier tout disciple à moi mort étant célibataire. Ainsi, au jour du jugement dernier, je les prendrai tous pour les loger dans le Paradis. Et ceci, aucun des hommes seigneuriaux qui a la fonction de messager n’a le pouvoir de le faire quoiqu’il puisse être son rang dans la hiérarchie.

2) Deuxièmement, c’est dans cet univers que Dieu m’a fait don de la capacité à élever le rang de tout disciple à moi qui se trouve dans le Barzakh. C’est dans cet univers par la grâce de Dieu que j’ai eu la possibilité de faire progresser encore tout disciple à moi qui n’avait pas atteint un certain niveau à la fin de leur vie sur terre. De plus, je le mettrai quelque part où il aura plus de bienfaits de manière pérenne. Et ceci, aucun parmi les hommes seigeuriaux qui a la fonction de messager n’a ce pouvoir quoiqu’il puisse être son rang dans la hiérarchie.

3) Troisièmement, c’est dans cet univers que Dieu m’a fait don de la chose suivante. Tout disciple à moi, s’il meurt sans avoir mémorisé le Coran ou bien qu’il soit lettré ou illettré, dès que le ruh (esprit ) quitte son corps, il mémorise le Coran. Et si on lui demandera cette question : qui était ton maître coranique ? Il répondra : (Serigne) Abdou Rahmane ! ”

(L’arbre de Touba, Serigne Aladji Mbacke, transcription M. Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *