L’armée: acteur principal de l’histoire soudanaise

Les forces armées soudanaises jouent un rôle de premier plan dans la politique du pays depuis l’indépendance en 1956. On reproche à l’armée d’avoir exploité les griefs populaires pour prendre le pouvoir, puis d’instaurer des régimes répressifs qui contournent la volonté du peuple.

En 1958, deux ans seulement après l’indépendance, le général de division Ibrahim Abboud, chef d’état-major, a pris le pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang.
Un soulèvement populaire contraint l’armée à renoncer au pouvoir en 1964.

L’armée est ensuite revenue au pouvoir lors d’un autre coup d’État en 1969 dirigé par le colonel Jaafar el-Nimeiri. Nimeiri lui-même a résisté aux tentatives de coup d’État et aux rébellions qui ont suivi.

En 1985, le général Abdel Rahman Swar al-Dhahab a dirigé un groupe d’officiers de l’armée qui ont renversé el-Nimeiri.

Un an plus tard, al-Dhahab a transféré le pouvoir au gouvernement élu du Premier ministre al-Sadiq al-Mahdi.

Trois ans plus tard, en juin 1989, des officiers de l’armée islamiste dirigés par le brigadier Omar al-Bashir ont renversé le régime instable d’Al-Mahdi.

Trente ans plus tard, Bashir reste aux commandes, après avoir relevé plusieurs défis à son règne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *