Des clichés faciles sur l’Afrique, en 7 points

Eiffage a échoué dans l’organisation de son Marathon de Dakar, semble-t-il. Je n’y étais pas et je n’ai pas suivi de près. Donc il m’est difficile de dire ce qu’il en est ! Pourquoi j’en parle alors, me diriez vous ?
Parce que l’ami et jeune frère Luandino, que j’admire du reste, nous a tous interpellés en demandant : pourquoi c’est “toujours” le bazar lorsque “c’est en Afrique ?”. Je réponds donc à cette interpellation, comme je l’ai fait en commentaire sur son mur, avec un peu plus de détails ici. Car la question me tient à coeur.

1. Ce n’est pas exact, d’un point de vue purement factuel, de dire que tout ce qui se fait “en Afrique” échoue. Il y a chaque jour plein de belles réussites, que nous ne prenons peut-être pas le temps de magnifier à leur juste valeur. Il y a plein de choses qui marchent.

2. Il nous faut donc éviter les généralisations faciles et excessives. Leur portée pédagogique (négative) peuvent inhiber les forces créatrices et les porteurs de changement de ce continent. Or, notre jeunesse a besoin de raisons d’y croire et non de formules qui la laissent croire que tout est nul ici, et que tout est meilleur ailleurs.

3. Si Eiffage a échoué à Dakar, et non dans les “quatre autres villes” où elle organise son marathon, comme l’évoque Luandino, c’est Eiffage et Eiffage seule qu’il faut accuser. A elle d’endosser la responsabilité. A elle de nous dire pourquoi lorsqu’il s’agit de Dakar, elle ne met pas les moyens à la hauteur de l’évènement.

4. A force de “répéter” des formules comme “c’est ça l’Afrique”, ou “cest normal, nous sommes en Afrique”, c’est “l’heure africaine”, etc., on finit par imputer la faute à tous, et donc à personne. Ce n’est pas juste.

5. Pire, on en fait une norme qui finit pas nous rendre moins exigeants, vis-à-vis de nous-mêmes d’abord, vis-à-vis des autres ensuite, et enfin, vis-à-vis de ce continent à qui nous devons plus, y compris de la considération

6. En ce qui me concerne, cela fait des décennies que je me bats partout contre ces clichés et ces stéréotypes faciles sur l’Afrique et les Africains. Ceux avec qui j’ai eu la chance de partager ou de de débattre un peu partout dans le monde, et dans diverses circonstances, en savent quelque chose. Les jeunes et les moins jeunes qui suivent mes ateliers et seminaires un peu partout sur le continent peuvent en témoigner.

7. Pour tout dire, c’est à nous, à chacun de nous, de dire que “c’est faux,” que “ce n’est pas ça l’Afrique”. Par les actes de chaque jour, et par la parole. Et de ne pointer le doigt que sur le ou les fautif(s) en cas de manquement.
We shall overcome !

Hamadou Sy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications