Le groupe de travail du Kenya veut que l’identité intersexuelle soit reconnue

Un groupe de travail formé par le gouvernement du Kenya a recommandé la reconnaissance des personnes intersexuées en tant que “troisième sexe”.

Le groupe de travail a suggéré l’introduction d’un marqueur intersexe (I) sur la documentation officielle et que les personnes intersexuées soient comptées dans le recensement.

Les personnes intersexuées naissent avec des caractéristiques sexuelles tant masculines que féminines, qui peuvent apparaître à la naissance ou plus tard dans la vie. L’ONU estime que les personnes intersexuées représentent entre 0,05 et 1,7% des naissances dans le monde.

Sur une population kenyane d’environ 48 millions d’habitants, cela signifie qu’entre 24 000 et 800 000 personnes seraient intersexuées dans le pays.

Au Kenya, les militants se plaignent depuis longtemps de discrimination, de manque de reconnaissance et du besoin de soins médicaux pour les personnes intersexuées.

Ce rapport, publié lundi matin, vient après presque deux ans de consultations.

Le groupe de travail recommande également de revoir les lois afin de garantir l’égalité de traitement, le respect et la protection de la dignité humaine des personnes intersexuées.

Le rapport indique que l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et l’Ouganda sont les seuls autres pays africains à avoir tenté de reconnaître explicitement l’existence de personnes intersexuées.

Si les recommandations du groupe de travail sont adoptées, ce pourrait être le premier pays africain à reconnaître légalement les personnes intersexuées.

L’Allemagne, l’Autriche, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Malte, l’Inde et le Canada ont tous adopté des mesures pour remédier aux problèmes auxquels sont confrontés les citoyens intersexués.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *